Trip Équateur & Pérou - Automne 2018


Du 18 septembre au 21 octobre 2018 : Pour la troisième fois, direction l'Amérique Latine entre l'Équateur et le Pérou.

34 jours de périple nous amenant des plus hauts sommets Andins avec le trek de Santa Cruz, à la route des cascades de Baños proche de l'Amazonie, à la Péninsule de Paracas avec sa faune dense, au désert aride de l'oasis de Huacachina. Des paysages plus que variés, des populations attachantes, de superbes rencontres, des voyageurs de tous horizons, bref un nouveau voyage en sac à dos tout simplement parfait !

 

Quelques altitudes marquantes durant ce voyage Andin :

- 4 864 m : Refuge José Rivas au Volcan Cotopaxi (Équateur)

- 4 784 m : Volcan Guagua Pichincha (Équateur)

- 4 750 m : Col Punta Union (Pérou)

- 4 263 m : Mont Fuya Fuya (Équateur)

- 4 200 m : Laguna Parón (Pérou)

- O m : Lima - Océan Pacifique - Péninsule de Paracas (Pérou)

J8 : 25 septembre 2018 : Trek de Santa Cruz 2eme jour
J8 : 25 septembre 2018 : Trek de Santa Cruz 2eme jour

Le film du voyage

Film de 15 minutes retraçant l'ensemble du voyage dans l'ordre chronologique : Lima > Huaraz > Laguna Paron > Trek de Santa Cruz > Trujillo > Cuenca > Banos > Route des Cascades > Volcan Quilotoa > Quito > Otavalo > Péninsule de Paracas > Désert & Oasis de Huacachina > Lima


L'album photos du voyage


Le récit du voyage en images & toutes les infos pratiques

Cliquez sur "Lire la suite" pour découvrir le récit & la sélection des meilleures photos pour chaque journée

TOUT JUSTE DE RETOUR DE CE VOYAGE EN CETTE FIN OCTOBRE 2018, LE RÉCIT SERA DISPONIBLE DANS PLUSIEURS SEMAINES CI-DESSOUS. A BIENTÔT MERCI !

! ...WORK IN PROGRESS... !

J1 : Mardi 18 septembre 2018 : Vol aller Lyon (France) à Montréal (Canada)

Nous rejoignons l'aéroport de Lyon en métro puis Blablacar.

 

Décollage avec la compagnie Air Canada comme prévu à 10 h pour 8 h de vol jusqu'à Montréal au Canada.

 

5 h de transit et nous voici de nouveau à bord d'un vol de 8 h 30 avec la compagnie Air Canada Rouge jusqu'à notre destination finale de Lima au Pérou. Déjà la 5 ème fois dans cet aéroport pour ma part.

 

Le trajet fut long après ces 24 h depuis notre réveil à Lyon, et la mission est loin d'être terminée...

 

> Site de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry

 

> Site de l'aéroport de Montréal

 

> Site de la compagnie Air Canada

Lire la suite 0 commentaires

J2 : Mercredi 19 septembre 2018 : Arrivée à Lima

Nous voici enfin sur le sol péruvien. A 1 h du matin, après quelques rapides formalités d'arrivée (pas de visa nécessaire pour le Pérou), nous patientons 5 longues heures assis par terre dans le terminal d'arrivée à attendre le lever du jour. Nous prenons ensuite un taxi officiel par sécurité jusqu'à l'hôtel réservé par Internet depuis la France : la Casa de Karla, pour 60 soles et 45 minutes de trajet. Une fois déposé devant celui-ci, nous réveillons la propriétaire en panique qui nous explique que sa maison d'hôte est fermée pour travaux. Mais grâce à sa gentillesse, mal à l'aise, elle nous appelle une de ses connaissances et 5 minutes plus tard voilà un uber qui vient nous chercher. Le même prix nous est proposé à 22$ la nuit. Nous y déposons nos sacs, puis réservons directement un bus pour le lendemain à destination de Huaraz pour 35 soles par personne, pas cher du tout par rapport à la compagnie Cruz Del Sur, nous verrons la qualité du transport demain.

Nous poursuivons cette journée toujours non-stop en attendant la chambre tant attendu disponible vers 13 h. En plein Miraflores, nous nous rendons vers l'Océan Pacifique, qu'il est agréable de retrouver les souvenirs du voyage en 2014. Nous profitons du bord de mer malgré la brume tenace sur la ville à cette période. Repas de midi au Sofa Café Express Larco avec un plat de Tortilla Espagnol à 17 soles, des lasagnes bolognaises à 28 soles et un coca à 7 soles soit 52 soles. Puis nous échangeons 500 € à un taux défiant toute concurrence : 3.88 soit 1 940 soles. Nous faisons ensuite quelques courses à la supérette Vivandi remplie de produits locaux de qualité et de produits importés. Toutefois, cette "grande distribution" n'existait pas il y a peu, bien dommage qu'elle arrive jusqu'ici au détriment des vendeurs de rue...

14 h, il est temps de s'allonger, pourtant la fatigue a réussie à se faire oublier quelques instants sous l'excitation. 10 minutes plus tard nous voilà tout de même endormis, nous nous réveillons vers 19 h... Casse-croûte sur le roof-top sous un ciel toujours brumeux et humide et re-dodo.

Lire la suite 0 commentaires

J3 : Jeudi 20 septembre 2018 : Bus de Lima à Huaraz

Réveil vers 6h15 après une nuit bien réparatrice. Un taxi nous mène en 25 minutes jusqu'au terminal de bus de la compagnie Movilbus (réservé la veille) en pleine heure de pointe sur les routes de la capitale. Pour tout juste 25 soles par personne nous tombons à notre grande surprise sur une flotte de bus toutes récente (bus semi-cama). Embarquement comme prévu à 8h, le confort est au rendez-vous, je recommande d'ailleurs vivement cette compagnie à bas coût utilisée actuellement que par des locaux (au lieu de 90 soles avec Cruz del Sur par exemple). Il nous faut une bonne heure pour sortir du fort trafic de Lima puis nous suivons la fameuse route Panaméricaine qui longe l'Océan Pacifique. Nous marquons la pause de midi dans un restaurant de bord de route à Baranca. De là, nous quittons cette 2 X 2 voies pour plonger dans une profonde vallée où l'aridité laisse temporairement place à un fond de vallée au sol plus fertile permettant ainsi quelques cultures. La route est bonne, nous gagnons progressivement de l'altitude et retrouvons enfin le soleil. Les paysages et villages s'enchainent jusqu'au point culminant à 4 100 m d'altitude. Notre regard se pose directement sur les hauts pics et glaciers de la Cordillère Blanche, c'est magnifique ! En cette fin d'hiver, ils sont revêtu d'un blanc parfait. La route se poursuit sur des hauts plateaux et finie par descendre jusqu'à Huaraz (3 052 m). Les sommets vertigineux sont tous plus beaux les uns que les autres. Arrivés à Huaraz comme prévu à 17 h après 9 h de trajet. Nous décidons ensuite de ne pas prendre de taxi et de rejoindre à pieds notre hôtel réparé au préalable. Chose facile, je demande tout simplement la direction de la Place des Armes et nous y voici à 20 minutes. Il ne reste plus qu'à suivre le plan du guide Lonely Planet jusqu'à l'Auberge Churup composée de chambres confortables et impeccables qui partagent à chaque étage de plaisants salons et un roof top à la vue parfaite sur les sommets en particulier pour les couchers du soleil. Repas du soir dans un petit restaurant sur la Place des Armes pour 13 soles et réservation de l'excursion du lendemain pour 35 soles au Chavin de Huantar.

Lire la suite 0 commentaires

J4 : Vendredi 21 septembre 2018 : Chavin de Huantar

Petit déjeuner d'exception à l'Auberge Churup sous forme du buffet vers 8h. Départ à 9h en minibus pour une excursion organisée à la journée. Nous sommes dans un groupe composé à 100% de péruviens, la haute classe pouvant se payer ce genre de "vacances" bien sûr. Nous roulons 1 h 30 à travers de superbes paysages encore assez arides avec en toile de fond les hauts sommets enneigés de la Cordillère Blanche et Noire. A 11 h, nous atteignons la grandiose Laguna Querococha perchée en à 3 980 m d'altitude. Le vent souffle ici très fort, le climat y est très rude et surprenant. Les couleurs sont incroyables passant du vert au bleu sur ce lac immense, et de l'orange des hautes herbes au noire et blanc des sommets. Des instants hors du temps au milieu de la Cordillère des Andes. Nous reprenons ensuite la route qui ne finie de grimper jusqu'à son point culminant à 4 516 m. De là nous franchissons un tunnel et amorçons une longue descente jusqu'à Chavin (3 250 m). Nous décidons de ne pas manger avec le reste du groupe pour faire le choix d'un petit "resto" sur la place du village tenu par une petite dame qui propose un menu pour tout juste 10 soles : une soupe suivie d'un plat au choix (truite, riz et patates) accompagné d'un jus maison, parfait ! Direction ensuite les ruines puis le musée du site (15 soles par personne). Inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1985, c'est l'un des nombreux centres cérémoniels relativement indépendants répartis dans les Andes centrales de 1200-500 av J-C. Composé de vastes édifices en forme de temples et de grandes galeries souterraines, le site est encore suffisamment intact pour livrer un éclairage saisissant sur l'une des plus anciennes civilisations du Pérou et sa complexité. Quant au musée, il regroupe la plupart des têtes-clous (tenons) sculptées de motifs terrifiants, ainsi que le magnifique obélisque de Tello, un autre object culte dont les bas-reliefs figurent un caïman et divers animaux féroces. Retour par la même route en 3 h du fait des nombreux travaux. Arrivée à Huaraz vers 19 h 30 en plein défilé d'écoliers. Réservation directement pour la journée randonnée du lendemain pour la Laguna Parón avec l'agence Golden Expédition à deux pas de la Place des Armes (120 soles pour 2 personnes). Repas du soir à nouveau local loin des restaurants touristiques affichant des prix aux alentours des 20 à 50 soles. Pour 7 soles par personne nous avons un menu composé d'une entrée (une patates cuisinée avec boeuf) puis d'un plat de poulet accompagné de son riz et verdure et toujours un jus maison. Retour à l'auberge vers 21 h après cette journée bien remplie. En 24 h nous sommes passés du niveau de la mer à 4 516 m d'altitude et ce n'es que le début, vive l'Amérique Latine !!!

Lire la suite 0 commentaires

J5 : Samedi 22 septembre 2018 : Laguna Parón

Départ de Huaraz (3 052 m) en minibus à 8h. Nous marquons une halte au marché de Carhuaz (2 638 m) à 35 km au nord où les paysans (campesinos) des villages alentours viennent y vendre fruits, légumes et artisanat. Nous poursuivons ensuite jusqu'à Caraz (2 270 m). De là, une longue piste maltraitée de 25 km nous fait grimper en 2 h au milieu d'un canyon encadré de murs de granit hauts de 1 000 m et à travers des paysages changeants jusqu'à la Laguna Parón (4 200 m) que nous atteignons vers midi. Nous marchons ensuite 15 minutes jusqu'au Mirador d'où la vue est saisissante. Tout simplement grandiose cette immensité bleue pastel face à des sommets majestueux. Les glaciers et pics sont même impressionnants tels que le Piramide de Garcilaso (5 885 m) qui se détache à l'extrémité du lac, le Huandoy (6 395 m), le Chacraraju (6 112m) ou a difficile paroi d'escalade de la Torre de Parón, surnommée le Sphinx.

Prix de la journée : 60 soles par personne. Les images vous en diront plus que les mots :

Lire la suite 0 commentaires

J6 : Dimanche 23 septembre 2018 : Huaraz

Le dimanche, comme presque tous les jours au Pérou, c'est l'occasion de faire la fête ou de célébrer des événements. Aujourd'hui, une université célèbre ses 100 ans, tenues traditionnelles, danse et musiques sur la Place des Armes.

Nous prenons du temps pour la préparation de la suite du voyage après le retour du trek de Santa Cruz. Nous changeons donc 300 € au même taux qu'à Lima de 3.38 soit 1 140 soles. Nous réservons un bus toujours avec la compagnie Movilbus en semi-cama jusqu'à Trujillo pour 45 soles par personne comme cette dernière nous a séduit, et également le trajet qui débutera en pleine nuit de Trujillo vers Tumbes proche de la frontière Équatorienne avec la compagnie Cruz del Sur pour 86 soles par personne ce 28 septembre à 23 h 50. Ce dernier est un bus de liaison internationale (ne pas oublier de se présenter 2 h avant l'horaire indiqué).

Nous changeons ensuite d'hôtel pour un moins cher mais bien plus "local", l'auberge Churup était à 180 soles pour désormais 30 soles la nuit (mais il s'avèrera très très bruyant, une nuit compliquée va nous attendre, et de plus la dernière en hôtel avant 1 semaine ...).

Nous profitons de l'après-midi pour une petit ballade sur les hauteurs de la ville histoire de s'imprégner de la vie locale tout en s'acclimatant. Repas du soir au Rinconcito Mineiro recommandé dans le Lonely Planet avec des portions plus que généreuses (environ 15 soles par personne).

Lire la suite 0 commentaires

J7 : Lundi 24 septembre 2018 : Trek de Santa Cruz

Réveil matinal après une nuit bien bruyante dans le nouvel hôtel à Huaraz (3 091 m). Nous le quittons vers 6 h 30 pour 4 h de trajet jusqu'à Cashapampa (2 900 m), point de départ pour ce trek Santa Cruz sur 4 jours. Une petite heure est nécessaire le temps de charger les mules et de s'acquitter des 60 soles d'entrée du parc national Huascaran

11 h 30, c'est parti pour l'aventure ! Le sentier commence par grimper rapidement en altitude puis il suit une étroite puis large vallée le long d'un torrent abritant quelques arbres et un peu de végétation. Après 2 h de marche, le chemin se poursuit désormais à plat et laisse apercevoir au loin le Taulliraju (5 830 m) et quelques glaciers. Il nous aura fallu 4 h 45 de marche pour atteindre notre premier campement à Llamacorral (3 760 m). L'espace y est grand, plutôt plat et herbeux, un emplacement idéal avec un soleil qui se couche vers 17 h 20. Nous installons les tentes puis profitons d'un temps libre pour nous imprégner des lieux et pour ma part écrire ces quelques lignes. Durant cette journée nous observerons des fleurs typiques de la région telles que les « zapatitos del diablo » (les chaussures du diable), « el machito » (le macho), les « patas de gallo » (les pattes du coq), ainsi que la cascade Yanapaccha, issue de la fonte des neiges du sommet du même nom. La végétation devient à partir d'ici plus rare. Toujours quelques nuages accrochent les sommets, mais le soleil reste bien présent. Le vent est également de la partie, la température dégringole rapidement dès que le soleil se cache. L'équipe est composé d'une guide, une cuisinière et un muletier avec 6 mules et son cheval. Ce tour nous a été vendu par American Tours proche de la Place des Armes à Huaraz pour 400 soles par personne comprenant nourriture, tente, duvet, matelas et eau plus le transport.

Lire la suite 0 commentaires

J8 : Mardi 25 septembre 2018 : Trek de Santa Cruz

Après une nuit plus que glaciale et humide, le réveil à 5 h 30 est difficile mais nous enchainons sur le petit déjeuner qui nous réchauffe rapidement. Nous quittons le campement à 7 h pour 2 h bonnes heures de marche à plat jusqu'à un immense lac à la couleur verte exceptionnelle lorsqu'il est éclairé par le soleil. La Laguna Jatuncocha à 3 886 m d'altitude. Le chemin se poursuit à travers une longue plaine aride et sableuse. Vers 11 h, nous bifurquons vers le camp de base de l'Alpamayo (4 300 m) via un sentier qui s'élève rapidement en lacets au milieu d'une végétation pour le moins originale. Nous sommes face au fameux Alpamayo (5 947 m). Nous tombons à nouveau sur un verrou glaciaire suivi d'un grand plateau à traverser face à un imposant cirque glaciaire dominé par le Quitaraju (6 040 m). Nous obliquons sur la droite pour nous élever sur une moraine qui débouche sur un point de vue tout simplement magique face à l'imposant Pucarjirca (6 039 m) et son glacier qui plonge directement dans la lagune Arhuaycocha à 4 450 m d'altitude. Le lieu est de toute beauté. Les glaciers et faces abruptes sont plâtrées d'un blanc exceptionnel. Le regard ne sait où se poser. Nous profitons longuement de ce panorama qui ne fait qu'évoluer alternant sous les rayons du soleil, les couleurs sont superbes et quelques chutes de neige s'invitent à la partie pour rendre l'instant sur-réaliste. Youpiii ! Ce sera l'un des plus beaux moments marquant de ce voyage et parmi le top 10 de tous mes voyages à travers le monde.

Comme dans nos rêves il y a toujours une fin, place à 1 h 30 de descente pour rejoindre le campement. Le ciel fini par se dégager complètement et nous laisse ainsi profiter d'un second grand spectacle tout aussi grandiose face à l'immense paroi du Taulliraju (5 830 m). Les piliers, goulottes et glaciers qui le compose en font un sommet parfait. Le cadre autour de ce campement est unique, avec également la fameuse montagne cinématographique du studio Paramount Picture le Artesonraju (6 025 m). Les nombreux sommets et glaciers qui nous entourent nous font vivre une soirée magique. Quel privilège nous avons d'avoir la chance de voyager et découvrir ces coins de paradis qui se méritent !!! En cours de soirée, la météo va radicalement changer pour laisser place à des trombes d'eaux. 19 h 30, nous nous réfugions vite sous la tente. En milieu de nuit, retour de la pleine lune et au petit matin à nouveau de la pluie, la météo est très changeante dans les Andes, c'est approuvée !

Lire la suite 0 commentaires

J9 : Mercredi 26 septembre 2018 : Trek de Santa Cruz

Réveil à 5 h 30 suivi du petit déjeuner à 6 h sous les dernières gouttes nocturnes. Le thé est plus qu'appréciable après cette nuit encore bien fraîche. Nous attaquons à marcher vers 6 h 45 d'un pas régulier, nous sommes désormais à plus de 4 250 m d'altitude. Le sentier s'élève doucement tandis que les nuages se déchirent et laissent profiter pleinement du cadre qui nous entoure. 500 m de dénivelé positif pour atteindre le point le plus haut de ce trek : le Col Punta Union à 4 750 m. Nous sommes là aux pieds des glaciers et de l'imposante face du Taulliraju (5 830 m) qui apparait encore plus verticale et hostile. Nous marchons dans la neige fraîche qui s'est déposée durant la nuit au dessus de 4 500 m, la première de notre saison. Punta Union (4 750 m) porte bien son nom, ce col relie deux immenses vallées via une petite brèche au milieu des masses glaciaires d'un blanc immaculé. Une longue descente nous attend ensuite avec à nouveau un large choix de paysages où nos yeux peuvent se poser. Le froid glacial régresse peu à peu, les glaciers, moraines, lacs se franchissent à grande vitesse et nous retrouvons la végétation, arbres, vaches et moutons. Quel dépaysement en quelques heures à peine. Le temps se couvre à nouveau, tant pis, il nous a laissé profiter du meilleur. Les deux dernières heures de marches se font sous une pluie battante au fond d'une longue vallée verdoyante. Encore une bonne distance parcourue ce jour, plus de 18 km avec de grosses amplitudes thermiques. Nos corps sont soumis à rude épreuve, on aime ca ! Un tel paysage doit se mériter. D'ailleurs, à ma grande surprise la fréquentation de ce trek est plutôt faible. Nous ne croisons qu'une petite quinzaine de personnes par jour. Arrivée au campement de Cachinapampa (3 800 m) après avoir passé celui de Huaripampa (39OO m) vers 14h45, la pluie cesse, parfait...

Lire la suite 0 commentaires

J10 : Jeudi 27 septembre 2018 : Trek de Santa Cruz

Quasiment une grasse matinée avec un réveil vers 6 h 30 suivi du PDJ après une relativement bonne nuit réparatrice. 

Nous quittons le campement de Cachinapampa (3 800 m) vers 7 h 45 par une descente à travers les premières habitations de la vallée. Ce trek prend fin par une dernière montée jusqu'à Keshu puis Vaqueria à 3 700 m d'altitude que nous atteignons vers 9 h 45. Nous patientons ensuite un bon moment jusqu'à l'arrivée du collectivo. Le temps de discuter avec de nombreux voyageurs venant de tous horizons. La pluie nous rattrape à nouveau mais cette météo nous a largement permis de profiter des plus beaux paysages en particulier les 2 premiers jours. La route nous mène à la ville de Yungay via le col de Portachuelo (4767 m) et la vallée de Llanganuco.

 

Comme souvent dans ces hautes montagnes, nous avons découvert de nombreux paysages variés, passant des habitations des populations des montagnes, aux cultures, aux forets humides, aux alpages, aux moraines jusqu'aux plus hauts glaciers et pics des Andes. Cette superbe Cordillère Blanche vaut largement de s'y attarder une semaine voir encore d'avantage pour la découvrir plus amplement.

Mais ce soir, nous avons déjà réservé notre bus de nuit pour rejoindre la côte Pacifique et Trujillo, les deux prochaines nuits se feront à bord de bus, nous ne sommes pas encore prêts à nous reposer, mais c'est ainsi l'aventure !!! Départ comme prévu à 22h20 pour 8 h de trajet en semi-cama avec Movilbus pour 45 soles par personne.

Lire la suite 0 commentaires

J11 : Vendredi 28 septembre 2018 : Trujillo

Nous arrivons dans une gare routière flambant neuve vers 5 h 45. Le réveil est difficile après cette nuit en bus une nouvelle fois peu reposante. Nous émergeons tranquillement dans cette spacieuse gare encore endormie à cette heure-ci puis préparons cette journée visite express de la ville. Un point touristique situé dans cette dernière nous fais pencher pour un tour organisé à un prix de tout juste 40 soles par personne, au lieu de 60 s en période touristique. Nous nous voyons même payer le taxi jusqu'à la Place des Armes (8 soles) où se trouve l'agence. Nous voici ainsi facilement en plein centre de Trujillo. Les rues du vieux Trujillo conservent leur charme d'antan avec des édifices coloniaux flambants neufs. Nous déposons nos gros sacs à l'agence puis partons à la découverte du centre historique, en attendant le départ du tour à 9 h 40. La Place des Armes et son église 100% coloniale vaut le temps de s'y attarder. Vaste et immaculée, la place principale de Trujillo est certainement l'une des mieux tenues d'Amérique du Sud et sans aucun doute l'une des plus belles, tant du fait de ses édifices coloniaux hauts en couleur et bien préservés, que de son impressionnante statue dédiée au travail, aux arts et à la liberté. En bordure de la place et appelée simplement "catedral", cette église lumineuse de couleur ajì de gallina (jaune) fut édifiée en 1647, détruite en 1759 et reconstruite peu après. La cathédrale possède une célèbre basilique et un musée d'art religieux. Pile à l'heure, nous débutons ce tour sous le signe de l'archéologie. 10 soles pour les entrées du matin avec la visite de Huaca Arco Iris o Dragon, Huaca Esmeralda, un musée du site et bien sûr le fameux et impressionnant Chan Chan. Les ruines de Chan Chan furent construites vers 1300 et couvrent 20 km2, ce fut la plus grande ville précolombienne des Amériques et la plus vaste cité en adobe de la planète. A l'apogée de l'Empire chimu, on estime qu'elle comptait 60 000 habitants. Elle renfermait alors quantité d'or, d'argent et de poteries. Si la conquête inca n'entama pas cette prospérité, le pillage commença dès l'arrivée des Espagnols et , en quelques décennies, il ne restait quasi rien de ses trésors. Les rares vestiges découverts sont exposés dans les musées. Sûrement impressionnante autrefois, Chan Chan a été dévastée par les inondations causées par le phénomène climatique El Nino er des pluies torrentielles ont érodé ses murs d'adobe. Aujourd'hui, le site frappe surtout par son étendue et il faut une bonne dose d'imagination pour se représenter la cité d'antan. Un événement 100% péruvien nous arrive, nous patienterons plus d'une heure en plein soleil le temps d'attendre notre minibus qui s'est sauvé. Une fois ce mauvais moment passé, nous nous rendons au bord de mer déguster des plats locaux. Comme souvent, l'agence nous conseille un restaurant plutôt haut de gamme mais nous nous laissons porter quelques mètres plus loin pour un établissement plus typique et donc à plus petit prix et sans chichi naturellement. Poisson cru en entrée accompagné de sa superbe sauce, puis paella locale avec son jus maison pour 15 soles. Ne vous inquiétez pas, les rabatteurs devant ces restaurants vous sautent dessus mais restent bons enfants. L'après-midi est consacré aux sites Huaca des Sol et Huaca de la Luna avec son musée (15 soles). Ces temples précèdent Chan Chan de 7 siècles et dateraient de la période mochica. Il se situent sur la rive sud du Rio Moche, à 10 km au sud-est de Trujillo. Le temple du Soleil reste la plus grande structure précolombienne du pays, bien qu'un tiers de l'édifice ait été emporté par les pluies. On estime à 140 millions le nombre de briques d'adobe nécessaires à sa construction. Bon nombre d'entre elles portent la marque des artisans qui les fabriquèrent. La pyramide comptait autrefois plusieurs niveaux, reliés par des escaliers raides, de longues rampes et des murs inclinés à 77°. Après quinze siècles d'érosion, elle ressemble à un gigantesque tas de briques crues, partiellement recouvert de sable. Les quelques tombes à l'intérieur de la structure laissent penser qu'il s'agit d'un immense site cérémoniel. Sa taille est impressionnante et l'on découvre une vue splendide du sommet. Plus petit, le temple de la Lune, situé à 500 m en plein désert mérite largement la visite. De nombreuses salles renferment des céramiques, des métaux précieux et de superbes fraises polychromes qui ont fait la réputation des Mochicas. La construction du temple se prolongea pendant six siècles jusqu'en 600, les différentes générations l'agrandissant et recouvrant les structures précédentes. Des archéologues dégagent actuellement des parties délimitées couche après couche et ont découvert des frises de personnages stylisés à chaque niveau, dont certaines parfaitement préservées par les constructions ultérieures. Le musée y est excellent.

Retour sur la Place des Armes pour patienter jusqu'à notre bus de nuit tardif vers minuit. Nous nous y installons un bon moment et observons cette vie grouillante tellement différente de la notre. Ici, peu de touristes occidentaux, d'après notre guide il y a un gros manque de communication car cette région "Libertidad" cache des trésors du même niveau que les régions connues de Cusco, Arequipa, Titicaca etc...

La fatigue nous regagne, nous nous laissons porter par les événements. L'attente devient longue et le prochain lit pour se reposer se fait désirer. Le passage de la frontière Équatorienne reste encore bien flou. Nous devons arriver normalement demain vers midi à Tumbes toujours au Pérou et nous aimerions filer au plus vite sur Cuenca en Équateur dont nous avons eu de très bons retours d'autres voyageurs rencontrés sur Huaraz. Ces lignes ont été écrites vers 19 h au milieu de la Place des Armes.

Direction la gare de bus Cruz del Sur vers 21 h en taxi pour un départ en bus international vers minuit 20.

Lire la suite 0 commentaires

J12 : Samedi 29 septembre 2018 : Trajet vers l'Équateur via Tumbes et Machala

Nuit très confortable comme à son habitude à bord des bus de la "compagnie de luxe" Cruz del Sur en semi-cama. Hélas, mon réveil est plus tourmenté, j'ai surement choppé un bon virus associé à un rhume attrapés pendant les nuits fraîches du trek de Santa Cruz... J'ai le nez complètement bouché, de grosses courbatures et une fatigue insoutenable. A plusieurs reprises, je ne suis pas loin du malaise...

Nous finissons par arriver vers 12 h 15 à Tumbes. Nous décidons d'enchainer malgré tout rapidement par un taxi officiel à 50 soles jusqu'au nouveau poste frontière. Les formalités me paraissent interminables avec mon état de santé, toutefois tout se déroule correctement. 30 minutes plus tard, nous voici sur le territoire Équatorien. Nous enchainons par un "taxi jaune" à 3 $ jusqu'à Huaquillas, une ville frontière et très grouillante. Nous sommes ensuite déposés par hasard devant une petite gare de bus qui s'avère être celle de la compagnie CEFA. Interpellés, nous grimpons sans attendre dans l'un d'entre eux à destination de Machala pour 2,5 $ par personne. 1 h de trajet pour gagner le tout récent terminal terrestre de la ville, un choc d'ailleurs !

Il est 15 h 28, à 15 h 30 (toutes les demie-heure) un bus est en partance pour Cuenca, billets achetés, ni une ni deux nous y voilà à bord pour 6 $ par personne. 4 h de trajet son nécessaires. Tout s'enchaine extrêmement vite, c'est d'ailleurs typique de l'Amérique Latine. Les paysages défilent, nous nous rapprochons des paysages montagnards de chez nous, plus verts et moins arides. Les habitations sont plus luxueuses, les habitants bien différents et plus posés. Je ne m'attendais pas à un tel changement de niveau de vie et de nature. Nous atteignons, à notre grande et heureuse surprise après moins de 24 h de bus, Cuenca vers 20 h 30 ! La fatigue devient pesant, nous sortons de la gare routière pour le premier hôtel venu à 24 $ juste en face. Un peu délabré et moisi mais il fera l'affaire pour une nuit bien méritée. Petit plat local avant de se coucher à 2,5 $.

Nous avons au préalablement changer quelques euros en dollars à Trujillo et nous avons bien fait pour une fluidité d'arrivée en Équateur.

Lire la suite 0 commentaires

J13 : Dimanche 30 septembre 2018 : Cuenca

Nuit bien agréable dans un lit après 6 dodos difficiles entre tente et bus, nous voici mieux reposés. Première mission du matin, changer de l'argent. Hélas, après avoir demandé au poste de police de la gare routière, les casa de cambio sont fermées le dimanche. Ainsi, direction la banque centrale à pieds, mais finalement celle-ci est également fermée. Je finis donc par retirer 100 $ au distributeur avec une commission de 3 $. Au retour, nous tombons sur une boulangerie, en bons français nous engloutissons deux croissants et un pain au fromage. Certainement les meilleurs goutés à l'étranger pour tout juste 20 centimes le croissants et 25 centimes le pain au fromage. Nous changeons ensuite d'hôtel pour nous diriger vers un plus confortable et décent avec seulement 1 $ de différence : Hostal Blue Sky (25 $ la chambre double avec salle de bain). Nous réalisons un peu de lessive puis partons à la découverte du centre de Cuenca en taxi pour 2 $. Nous sommes déposés sur la superbe Parque Calderon, la plus grande place de la ville, qui est dominée par la Cathédrale de la Immaculada Concepcion ou "nouvelle cathédrale" dont la construction a débutée en 1885. Ses gigantesques dômes en mosaïques bleu pâle sont visibles de quelque endroit où l'on se trouve à Cuenca. Si ses clochers paraissent tronqués, ce n'est pas une impression : en raison d'une erreur de conception, leur hauteur initialement prévue les aurait rendus trop lourd pour l'édifice. De l'autre côté du parc se dresse "l'ancienne cathédrale" blanchie à la chaux datant de 1557, année de la fondation de Cuenca. Nous hérons dans les ruelles de ce centre historique où au moindre coin de rue nous tombons sur un sanctuaire, une église ou une place. Vers 14 h, nous tombons sur un immense marché couvert aux multiples saveurs (viandes, poissons, légumes, fruits...) et où il est possible de manger sur place. Au milieu de cette agitation, nous nous laissons séduire par un excellent cochon cuit entièrement devant nous, accompagné de succulentes pommes de terre et maïs d'un goût jamais inégalé. Du bonheur pour nos papilles en plein marché, loin très loin des restaurants touristiques une fois de plus. Difficile de comprendre le concept au début, mais les locaux sont très agréables et nous expliques sans soucis. Le ventre bien rempli pour 6 $, nous partons vers les berges du Rio Tomebamba qui sépare le centre historique des quartiers récents du sud. C'est un petit havre de paix avec de superbes édifices coloniaux qui bordent les rives verdoyantes. Nous revenons par la Calle Larga, et marquons une halte glace en ce dimanche ensoleillé (plus de 26 °C). Retour à pieds facilement grâce à mon bon sens de l'orientation, en moins de 15 minutes de notre hôtel. Nous faisons un petit point sur la suite de notre voyage, comme nous sommes en avance nous décidons de rajouter une étape à Banos pour surement deux jours au pied du volcan actif Tungurahua ("gorge de feu" en quichua). Petite rando, cascades et vtt au programme.

Nous terminons cette journée par la spécialité du coin : des empanadas au fromage à 1 $ dans la rue.

Lire la suite 0 commentaires