Trip Népal - Tour des Annapurnas & Camp de base de l'Annapurna (Himalaya) - Automne 2017


Du 21 septembre au 26 octobre 2017 : Voyage au Népal avec trek du Tour des Annapurnas et de l'Annapurna Base Camp (18 jours). Puis visite de Pokhara et des environs de Katmandou.

 

36 jours de périple au coeur des sommets mythiques de l'Himalaya sans oublier les sites incontournables de Katmandou : Bodhnath, Pashupatinath, Swayambhunath, Patan et Bhaktapur.

18 jours de trek avec le passage du redoutable Thorung La Pass perché à 5416 m d'altitude et le grandiose sanctuaire des Annaupurnas à 4130 m d'altitude d'où se dévoile un cirque grandiose au lever du jour. 

Une diversité de paysages et de cultures alliant monastères, petits villages typiques, forêts denses et humides, hautes vallées arides et froides, sommets et glaciers de renommés mais aussi un carrefour culturel entre Hindouisme et Bouddhisme.

Le Népal nous a comblé de grands espaces naturels et de villes grouillantes avec une population qui ne fait que s'accroitre.


Les vidéos

Film de 27 minutes retraçant l'ensemble du voyage dans l'ordre chronologique : Katmandou > Pokhara > Trek du Tour des Annapurnas > Trek du Camp de Base de l'Annapurna > Pokhara > Katmandou > Bodhnath > Pashupatinath > Swayambhunath > Patan > Bhaktapur > Thamel


Les photos



Le récit du voyage en images

Cliquez sur "Lire la suite" pour découvrir le récit & la sélection des meilleures photos de chaque journée

J 1 : 21 septembre 2017 : Vol aller Paris (France) > Doha (Qatar) J 19 : Trek J 13 : de Ghorepani à Chuile
J 2 : Vol aller Doha (Qatar) à Katmandou (Népal) J 20 : Trek J 14 : de Chuile à Sinuwa
J 3 : Katmandou

J 21 : Trek J 15 : de Sinuwa au Machapuchare Base Camp

J 4 : Katmandou et Durbar Square J 22 : Trek J 16 : du MBC à l'ABC puis Dovan

J 5 : Trajet en bus de Katmandou à Pokhara

J 23 : Trek J 17 : de Dovan à Chomrong
J 6 : Pokhara & Lac Phewa J 24 : Trek J 18 : de Chomrong à Siwar puis Pokhara
J 7 : Bus de Pokhara à Bhulbhule puis trek Bahundanda J 25 : Pokhara
J 8 : Trek J 2 : de Bahundanda à Tal J 26 : Pokhara & Lac Phewa
J 9 : Trek J 3 : de Tal à Chame

J 27 : Pokhara & pagode de la paix

J 10 : Trek J 4 : de Chame à Upper Pisang J 28 : Trajet en bus de Pokhara à Katmandou
J 11 : Trek J 5 : de Upper Pisang à Braga J 29 : Katmandou : Bodhnath & Pashupatinath
J 12 : Trek J 6 : de Braga à Manang J 30 : Katmandou : Gokarna Mahadev & Kopan
J 13 : Trek J 7 : journée repos à Manang J 31 : Katmandou : Thamel & Swayambhunath
J 14 : Trek J 8 : de Manang à Letdar J 32 : Katmandou : Thamel & Patan

J 15 : Trek J 9 : de Letdar au Thorung High Camp

J 33 : Katmandou : Thamel & Bhaktapur
J 16 : Trek J 10 : du Thorung High Camp au Thorung La Pass à Ranipauwa J 34 : Katmandou : Thamel
J 17 : Trek J 11 : jeep de Ranipauwa à Tatopani via Jomson J 35 : Vols retour Katmandou (Népal) > Doha (Qatar)
J 18 : Trek J 12 : de Tatopani à Ghorepani  J 36 : Vol retour Doha (Qatar) > Paris (France) > TGV Grenoble

J1 : Jeudi 21 septembre 2017 : Vol aller Paris (France) à Doha (Qatar)

Départ de Lyon en train Ouigo jusqu'à Paris Marne-La-Vallée (10 €/pers). Après un petit moment devant le parc Disney Land, nous prenons le RER jusqu'aux Halles le temps de manger un bout et de patienter. RER l'après-midi jusqu'à l'aéroport Charles De Gaulle d'où le voyage va réellement débuter.

 

 

Décollage à 22 h 15 pour 7 h de vol avec Qatar Airways jusqu'à Doha au Qatar.
Transit d'environ 2 h dans cet aéroport flambant neuf. Plus de 47°C à l'extérieur dans ce pays riche et désertique. 80% de la population vit dans la capitale.

 

 

Billets d'avion réservés mi-août à environ 1 030 €/personne aller-retour.
Site de Qatar Airways : www.qatarairways.com/fr

Site de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle : www.parisaeroport.fr

Site de l'aéroport Hamad de Doha au Qatar : www.dohahamadairport.com

Lire la suite

J2 : Vendredi 22 septembre 2017 : Vol aller de Doha (Qatar) à Katmandou (Népal)

On enchaîne par 5 h de vol jusqu'à Katmandou avec une longue attente dans le ciel aérien népalais. Tribhuvan International airport étant le seul aéroport International du pays avec seulement une piste pour les départs et arrivées et ce autant pour les vols nationaux qu'internationaux, il est largement dépassé pour sa fréquentation.
L'arrivée au coeur de la capitale d'un nouveau pays est toujours un grand moment où nos yeux scrutent dans toutes les directions.

Première formalité à réaliser dès notre arrivée, l'obtention des visas. Une longue file d'attente, un document à remplir et 100 $ pour nos 35 jours sur place et voici le tampon sur notre passeport. L'organisation est assez aléatoire, il faut se débrouiller tout seul pour comprendre le fonctionnement, la bonne file, le bon papier etc...
Et voici la 1ère coupure d'électricité, mais l'aéroport est quand même doté de groupes électrogènes... Bienvenu au Népal ! 

Direction ensuite le bureau de change, histoire d'avoir un peu de money je change 100 € pour environ 11 000 roupies népalaises. Somme légèrement plus basse que dans le centre de Thamel avec une commission plus élevée ici. 1 h 30 plus tard, tout prend du temps ici et nous allons vite le découvrir, nous gagnons enfin la salle sur-bondée des bagages. Nos sacs à dos sont posés en vrac par-terre au milieu de centaines d'autres, non loin du tapis roulant. Finalement, leur récupération est plutôt "sécurisée" car des agents contrôles nos numéros de bagages à la sortie.

Et pour terminer cette longue arrivée, nous faisons le choix de prendre un taxi pré-payé dans le bureau du hall de l'aéroport pour rejoindre l'hôtel choisi tranquillement dans Thamel pour 750 Rs avec toute cette fatigue qui s'accumule d'un long trajet comme celui-ci. Notre choix s'est porté sur le Kathmandu Garden House vers Paknajol. On pose rapidement les sacs puis sortons manger un morceau dans le quartier, tout en se perdant au début il faut l'avouer... On est sûrement toujours un peu déboussolés quand on arrive dans cette ville bruyante et chaotique. Un premier repas local sur une terrasse au 1 er étage donnant sur Narsingh Gate. Première nuit plus que correcte grâce à une bonne literie dans une ruelle à l'écart du bruit.

Lire la suite 0 commentaires

J3 : Samedi 23 septembre 2017 : Katmandou & Thamel

Réveil vers 8 h. Il est temps de découvrir de jour cette fameuse ville de Katmandou et aujourd'hui en particulier le quartier touristique de Thamel, le temps de s'adapter aux conditions de vie du pays. Nous partons dans ces nombreuses ruelles jonchées de milliers d'échoppes en se perdant même par moments. On y trouve de tout : souvenirs, agences de voyages, boutique de grandes marques de montagne The North Face (contre-façon), restaurants, bars, guest-house et j'en passe. Pour s'habituer doucement, nous passons la fin de matinée au Jardin des Rêves (200 Rs/pers), un petit havre de paix et de verdure loin du tumulte de la capitale. De jolis détails agrémentent ce petit jardin, des fontaines, une pelouse bien entretenue, et une belle végétation avec même quelques petits écureuils. Nous prenons le repas de midi dans Thamel pour 1 000 Rs à deux.
Après-midi repos et réservation du bus touristique pour Pokhara lundi vers 6h30 (heure népalaise donc pas d'inquiétude en cas de retard). Très bon repas le soir pour 700 Rs "The Kathmandu Kitchen".

Lire la suite 0 commentaires

J4 : Dimanche 24 septembre 2017 : Katmandou & Durbar Square

Levé à 8 h, partons en taxi pour 300 Rs au Tourist Service Center faire les quelques formalités pour notre trek. 2 000 Rs et une photo d'identité sont nécessaires pour l'entrée du parc national des Annapurnas et 2 000 Rs également pour le permis de trek (carte TIM) avec 2 photos d'identité (carte de couleur verte pour les trekkeurs autonomes comme nous serons sans agence ni guide). Nous voilà fin prêts !

Nous partons ensuite à pieds en une bonne heure de marche jusqu'à rejoindre Durbar Square en traversant Ratna Park puis via Asan Tole, le chowk commerçant le plus animé de Katmandou. Cette rue qui grouille de monde passe par le Temple de Krishma qui a survécu au séisme puis le Temple de Seto Machendranath,
l'un des lieux les plus culte de la capitale.

Après de nombreux jolis temples, façades, commerces et ruelles, nous débouchons sur ce fameux Durbar Square. On s'acquiert immédiatement des droits d'entrée à désormais 1 000 Rs/personne valable une journée.
Nous apercevons en premier le Maju Deval quasiment détruit qui fut l'un des principaux monuments de Katmandou puis le Temple de Shiva Parvati.
De nombreux "faux guides" cherchent à nous accompagner mais après quelques minutes nous sommes tranquilles pour profiter pleinement des lieux. Nous enchaînons sur le superbe Kumari Bahal, un édifice aux briques rouges et aux fenêtres finement ouvragées sur trois niveaux. Sa cour intérieure, la Kumari Chowk, est entourée de balcons et de fenêtres en bois finement sculptés. Il s'agit d'un bâtiment quasi unique au Népal dans le style des vihara bouddhiques (lieux de retraite des moines) construit en 1757.

Nous trouvons un petit restaurant avec une terrasse au dernier étage, seuls, pour observer exceptionnellement ce site depuis les hauteurs à moins de 800 Rs pour deux. On en profite pleinement avant de poursuivre la découverte de ces nombreux temples, certains totalement conservés alors que d'autres sont hélas entièrement détruits suite au dernier séisme.
Une mention particulière pour le Temple de Jagannath, le Nasal Chowk (entrée incluse dans le billet) et le Temple de Taleju. Le Nord a mieux résister au séisme. Petit tour dans les ruelles au Sud de Durbar Square avec là encore de jolis petits temples. Retour sur Thamel en taxi pour 300 Rs. Repas du soir à environ 1 000 Rs à deux.

Lire la suite 0 commentaires

J5 : Lundi 25 septembre 2017 : Trajet en bus de Katmandou à Pokhara

Réveil matinal vers 5 h 15, nous quittons l'hôtel à pieds et évitons ainsi facilement une dépense inutile de taxi pour rejoindre Kantipath en à peine 20 minutes. La circulation est encore faible à cette heure-ci et les commerces sont encore pour la plupart fermés, même si la ville ne s'endort réellement jamais. Tout au long du trajet, les taxis nous sollicitent quand même pour nous proposer leur service. Nous trouvons facilement notre "tourist bus" parmi les 50 stationnés le long de la rue (voir photo). Bus réservé la veille à 800 Rs/personne. Surprise, nous partons bien à l'heure vers 7 h 05, c'est rare au Népal !
La circulation est extrêmement dense, nous sommes une première fois à l'arrêt une bonne trentaine de minutes dans la périphérie de la ville, puis dans un bouchon continu deux heures sur l'unique petite route qui sort de la capitale. On avance 500 mètres puis on patiente 5 minutes et ainsi de suite... Sur ces routes, on croise uniquement des bus ou camions de marchandises Tata, et quelques jeeps pour les plus pressés, rares sont les voitures privées. La route se poursuit le long d'une jolie vallée, enfin la nature ! Quel plaisir de sortir de Katmandou. De nombreuses cultures en terrasses, des bananiers et une vie active avec de nombreuses échoppes en bord de route typique de l'Asie. Pause déjeuner de 20 minutes à midi (250 Rs). Nous atteignons Pokhara à 884 m d'altitude vers 17 h, soit un trajet de 10 h quand même, avec cette circulation très dense à l'approche des fêtes et des vacances scolaires.

Nous sommes déposés à la gare de bus touristique de Damside. Quelques rabatteurs et taxis nous attendent, mais nous refusons facilement pour rejoindre Lakeside qui se trouve à 1 km à pieds. Je ne conseille pas de prendre un taxi qui vous coûtera 300 Rs, 20 minutes de marche suffisent pour y arriver. Nous avons au préalable choisi le Nirvana Guest House en plein quartier touristique à 1 500 Rs la chambre double. Une propreté irréprochable, un superbe jardin, des chambres spacieuses et un rooftop aménagé d'où une vue panoramique se profile sur la ville et le Lac Phewa à moins de 50 mètres. Le changement est très appréciable après Katmandou, un quartier touristique agréable avec une circulation bien plus calme pour se balader tranquillement à pieds. Très bon repas au bord du lac pour 1 150 Rs à deux.

Lire la suite 0 commentaires

J6 : Mardi 26 septembre 2017 : Pokhara & Lac Phewa

Levé tranquillement vers 9 h. Nous partons à pieds les ont du lac Phewa Tal, très paisible jusqu'au barrage, puis nous traversons son déversoir via un sympathique pont népalais utilisé par les locaux. Nous nous retrouvons au milieu des rizières par un petit sentier qui serpente entre les cultures. Cette petite marche d'une heure loin des routes touristiques nous mène aux Chutes de Devi (entrée de 30 Rs). Également appelés Patale Chhango,
ces chutes marquent l'endroit où la Pardi Khola plonge dans un gouffre et disparaît sous terre dans un grondement assourdissant, surtout lorsque la rivière est en crue en fin de mousson.

Nous enchaînons sur la Grotte de Guptsehwar Mahadev (entrée 50 Rs) mais à éviter, aucun intérêt particulier. Un petit temple et une simple cave, le bas de la grotte étant fermée, déçus... 

Nous prenons ensuite un taxi à 300 RS (en négociant) pour nous rendre au Musée International de la Montagne à ne rater sans aucun prétexte (entrée à 400 Rs).
Il est consacré aux montagnes népalaises qui nous font tant rêver, aux groupes ethniques qui les peuplent, aux alpinistes qui en font la renommée, à la formation géologique des montagnes, aux matériels de l'époque et d'aujourd'hui, à l'environnement, au réchauffement climatique, à la géologie, à la culture, bref il est énormément varié. Touchant à tous les domaines, on y passe plus de 3 h tellement d'infos, images et objets y sont présentés.

Retour au quartier de Lakeside en taxi pour 300 Rs. Il est temps de préparer les sacs pour ce fameux trekking de 18 jours qui nous attend. Nous laissons un sac à l'hôtel de Pokhara rempli des affaires superflues. On veut essayer d'être le plus léger possible, mais on a toujours du mal à se séparer du peu de confort qu'on a déjà en mode routard. Achat de deux paires de bâtons à 1 000 Rs la paire soit environ 8 € de la marque locale Makalu et change d'argent de 100 € (taux de change : 1€ pour 120 Rs soit 12 000 roupies).

Lire la suite 0 commentaires

J7 : Mercredi 27 septembre 2017 : Bus pour Besi Sahar et Bhulbhule & Trek J1 Bahundanda

Levé matinal à 5 h, nous rejoignons la "gare touristique" en 30 minutes à pieds. Nous sommes plus de 45 personnes dans un bus de 30 places étant l'unique bus pour Besi Sahar au départ de Pokhara. Il nous faudra 5 h de trajet avec notre 1ère surprise sur la route "made in Népal", un arbre s'est abattu sur la piste bloquant ainsi la circulation. Mais en à peine 30 minutes, à grands coups de hache, la circulation est rétablie, ils sont forts ces Népalais !!!

A Besi Sahar (760 m) tout s'enchaîne très vite, nous avons la chance de tomber directement sur un bus local pour Bhulbhule à 200 Rs/personne.
1 h de piste sportive et défoncée, on se demande même comment ces mini-bus peuvent circuler ici. Il sont encore super forts ces Népalais !!! Nous voilà déposé vers 13 h au bord de la piste. Nous grignotons un morceau dans une Tea House pour 400 Rs à 2 (Pancake avec confiture).

A 14 h, il est temps d'attaquer ce fameux trek du Tour des Annapurnas, tout d'abord sur une piste en fond de vallée jusqu'à Ngadi, joli petit village paysan.
Il y fait très très chaud pour le moment, on dégouline de sueur au soleil comme à l'ombre. Après ce village, les nuages se font plus nombreux, la chaleur devient plus supportable. On attaque ensuite une montée de 400 m de dénivelé à travers rizières et petites habitations jusqu'au village de Bahundanda à 1270 m d'altitude. Perché sur une crête est surnommé "la colline des Brahmanes", ce village bénéficie d'une superbe vue sur la vallées et les verdoyantes montagnes environnantes. Il compte plusieurs lodges, nous choisissons le "Super View & Top of the town restaurant" qui porte bien son nom étant situé en amont du village, je le recommande. Nous négocions la nuit gratuite en prenant le repas du soir (poulet curry avec riz à 500 Rs + veg curry avec riz à 400 Rs + cup of 2 tea à 160 Rs + 1 bouteille d'eau à 80 Rs) et le petit déjeuner (eau chaude pour les douches). Nous rencontrons un sympathique groupe de français en voyage organisé avec l'UCPA. Les seuls trekkeurs rencontrés pour le moment. Nous sommes en tout début de saison, ça se ressent. Apparemment il a encore pas mal plu ces derniers jours, on commence bien on a de la chance.

 

Dénivelé positif : 500 m
Altitude départ Bhulbhule : 840 m

Altitude arrivée Bahundanda : 1310 m

Temps de marche : 3 h

Lire la suite 0 commentaires

J8 : Jeudi 28 septembre 2017 : Trek J2 : De Bahundanda (1310 m) à Tal (1700 m)

Réveil et PDJ vers 6 h 30 (pancake et pain népalais). Nous décollons de Bahundanda pour plonger vers Lili Bhir. Un sympathique sentier balcon traversant de petits villages jusqu'à une descente face à la cascade de Syange. Nous traversons la Marsyangdi via une grande passerelle pour retomber sur la piste. Nous suivons celle-ci grimpant en lacets jusqu'à Jagat à 1300 m d'altitude, nouveau gros coup de chaud pour nos petits corps soumis à rude épreuve.
On dégouline dans cette chaleur encore bien humide à cette altitude. Pause repas bien méritée au Resto Guest House Mont Blanc. Hôte très sympa et excellente nourriture : deux gros plats de macaroni avec fromage + 1 Fanta pour 1150 Rs. Nous poursuivons sur la piste en croisant et re-croisant le groupe de français et 3 anglais rencontrés dans le bus de Besi Sahar. Le chemin quitte à nouveau la piste pour s'élever rapidement en forêt jusqu'à Chyamche (1430 m). Nouveau coup de chaud et nouveau village authentique. De là, on traverse la piste pour descendre en fond de vallée et de nouveau passer sur l'autre rive par un immense pont suspendu. Il fait immédiatement plus frais aux abords de la rivière, très agréable ! Ici commence une nouvelle montée en lacets jusqu'à Sattale (1680 m) où se trouve également quelques petits lodges. On continu en sentier balcon relativement à plat mais dans ces montagnes on alterne toujours quelques petites montées et descentes, rude pour les jambes. La vue est superbe sur les montagnes environnantes dont une face imposante en face de nous qui s'ouvre sur la vallée Myardi Kola. Pour finir cette longue étape, une dernière pente raide reste à surmonter (+ 300 m environ) pour franchir un verrou rocheux et tomber sur le vaste plateau de Tal (1700 m) où la vallée s'ouvre. L'air y est tout de suite plus frais étant au bord de la Marsyangdi et gagnant de l'altitude.
Il est 16 h 15 lorsque nous arrivons. Tal est le premier village du district de Manang, le fleuve s'élargit. Nous logerons ce soir au Peace Land Guest House avec toujours une gratuité négociée pour la nuit en échange de prendre les 2 repas (repas du soir à 800 Rs). La nuit tombée, la fraîcheur se fait sentir, quel bonheur après ces longues journées à souffrir de la chaleur. Je vais sûrement pouvoir enfin dormir normalement dans mon duvet sans transpirer (ce ne sera finalement pas le cas). La fatigue se fait bien sentier après cette longue étape et ces nombreux coups de chaud dans les montées successives.

 

Dénivelé positif : 1 000 m environ

Altitude départ de Bahundanda : 1 310 m

Altitude d'arrivée à Tal : 1 700 m

Temps de marche : 8 h (+ 45 min de pause repas)

Lire la suite 0 commentaires

J9 : Vendredi 29 septembre 2017 : Trek J3 : De Tal (1700 m) à Chame (2710 m)

Réveil à 6 h 30 pour un départ de Tal à 8 h. Court sentier en balcon au dessus du fleuve bouillonnant avant de le traverser par une nouvelle grande passerelle pour retomber sur la piste. Nous suivons cette dernière jusqu'à Dharapani (1860 m) dont l'entrée est marquée par un chorten typique des villages d'influence tibétaine que l'on rencontre en allant vers le Nord. A la sortie, il faut s'enregistrer au poste de contrôle de l'ACAP. On poursuit sur cette piste, la végétation évolue peu à peu, moins de cultures en terrasses mais encore quelques plantations de tomates et choux. Le climat devient de moins en moins humide. Nous atteignons Danakyu (2190 m) vers 11 h  30, nous y marquons notre pause repas vers la sortie du village où quelques minutes plus tard notre groupe de français fait le même choix de maison de thé, décidément ils ne nous quittent plus ! Un plat de patates locales avec oeufs toujours excellent pour ma part, consistant et relevé et une soupe aux nouilles pour la demoiselle (990 Rs pour nos 2 plats).

12 h 45, la sieste de digestion c'est pour pour maintenant encore, c'est reparti pour une raide montée dans une dense forêt de nouveau très tropicale où nous nous retrouvons seuls pendant 2 h. La faune s'exprime bruyamment dans ce milieu. Il fait enfin plus frais, la grimpe est bien plus agréable. 500 m de dénivelé positif plus tard, un pont suspendu sauvage traversé et nous voilà à Timang (2750 m). Nous passons ensuite au milieu d'une pinède jusqu'au village traditionnel de Thanchowk (2400 m) qui possède de nombreux lodges. Ce dernier est très agréable si vous souhaitez raccourcir cette longue étape. 1 h plus loin, nous franchissons le village de Koto (2640 m), au croisement avec la vallée de la Nar-Phu, nouveau check-point. Il faut encore 30 minutes de marche et 100 m de positif pour atteindre Chame (2710m), chef lieu du district de Manang avec ces nombreux lodges, cybercafés, boutiques pour trekkeurs et même une banque. A l'entrée du village on tombe une fois de plus sur un grand mur de Mani avec ces moulins à prières. Nous choisissons un lodge près d'un immense chorten vers la sortie du village après avoir traversé le pont qui sépare le village en deux. Nous sommes à proximité des sources d'eaux chaudes très appréciées autant des locaux que des trekkeurs. Comme d'habitude jusqu'à présent, la nuit est négociée en prenant deux repas au lodge (au lieu de 300 à 400 rs la nuit affichée sur la carte des menus). Ce fut une très longue étape, et ce depuis deux jours, les muscles se font bien sentir (il est toutefois facile de raccourcir les journées si vous le souhaitez, des lodges se trouvent dans chaque village toutes les 1 à 2 h). Deux plus petites étapes nous attendent, ouf ! La nuit sera bien plus fraîche que les précédentes, la barre des 2600 m d'altitude se fait sentir !

Lire la suite 0 commentaires

J10 : Samedi 30 septembre 2017 : Trek J4 : De Chame (2710 m) à Upper Pisang (3330 m)

Lever vers 6 h 45 face aux premiers rayons du soleil qui illuminent les faces abruptes enneigées de l'Annapurna II (7 937 m). Les hauts sommets himalayens se dévoilent enfin entre les nuages, quel spectacle ! 

Petit déjeuner et départ du lodge à 8 h comme les autres étapes depuis le début de ce trek. Nous quittons Chame (2 710 m) par la piste puis nous empruntons rapidement un sentier qui s'élève sur la droite au coeur d'une forêt dense, la vallée se rétrécit à nouveau. 1 h plus loin, de retour sur la piste, nous longeons une immense exploitation de pommiers (vente de pommes de 20 à 30 rs l'unité), puis nous traversons une nouvelle fois le Marsyangdi Nadi. Nous sommes face à la paroi rocheuse du Pangdi Danda, impressionnant témoignage de l'érosion glaciaire. Ici tout est plus grand,
il n'y a pas de face érodée aussi immense que celle-ci chez nous dans les Alpes. Le sentier évolue ensuite en forêt pour atteindre en 45 minutes le petit village de Dhikur Pokhari (3 060 m), composé de quelques lodges, nous y marquons notre pause repas vers 11 h 20. Une bonne heure à recharger les batteries avec un excellent plat de patates aux oeufs et de riz pour 800 rs à deux et nous voila repartis avant la plupart des autres trekkeurs. Toujours plus sympa de marcher le ventre plein en avance sur les autres pour se retrouver seuls en marchant et sans attendre aux lodges où tout est plus long à cette altitude. Depuis Chame, il y a de plus en plus de monde, comme certains ont choisi la rapidité en montant en jeep (pas très écolo et respectueux). Je déconseille vivement cette approche pour l'acclimatation, l'environnement et il y a de très beaux villages éloignés de la piste grâce aux sentiers balisés de l'ACAP qui méritent largement le détour.

Nous débouchons sur un large plateau aux pins rappelant la végétation aride de nos Alpes du Sud. Le climat y est d'un seul coup plus sec et plus aride car ici le secteur est protégé des effets de la mousson par la barrière naturelle qu'est le massif des Annapurnas. Nouvelle passerelle franchie, puis le sentier toujours balisé en blanc et rouge s'élève en rive gauche pour atteindre Upper Pisang à 3 310 m d'altitude en 45 minutes. Ce village est implanté à flanc de montagne, perché au dessus de Lower Pisang (3 200 m) en contre-bas. Tout à coup nos regards se tournent vers la face Nord imposante de l'Annapurna II et ses 7 937 m d'altitude. Nous sommes en respect face à cette masse de glace, de glaciers suspendus, d'arrêtes effilées et de moraines d'une envergure incroyable. Il faut venir pour se rendre compte de l'immensité de ces hauts sommets vers les Dieux. Nous grimpons jusqu'au dernier lodge en haut du village pour contempler cette vue exceptionnelle, juste au dessous du monastère qui domine le village. Arrivant tôt vers 13 h 30, nous allons profiter de cette belle après-midi face à ce panorama à ne surtout pas rater en choisissant de passer uniquement pas Lower Pisang en fond de vallée. Petites tâches "hygiène" à quasi chaque étape : une bonne lessive où nous allons pour une fois pouvoir faire sécher correctement nos affaires au soleil et au vent qui commence à souffler fort ici. Nous visitons le sympathique nouveau monastère du village, l'ancien ayant était détruit et nécessitant trop de travaux pour le remettre à jour.  Nous y flânons facilement 1 h tellement il est harmonieusement décoré, seuls en avance dans ces lieux idylliques. Retour dans notre lodge 100% en bois pour profiter de la terrasse ensoleillé, un repos bien mérité et le temps d'écrire ces quelques lignes. Les photos et vidéos vous parlerons sûrement un peu plus sur l'ambiance des lieux, même s'il faut venir pour s'en rendre vraiment compte.

Lire la suite 0 commentaires

J11 : Dimanche 1er octobre 2017 : Trek J5 : De Upper Pisang (3330 m) à Braga (3440 m)

Réveil à 6 h 45, mais mauvaise surprise je me sens tout courbaturé, les jambes me tirent énormément, tout comme mes épaules avec des douleurs que je n'ai jamais eu jusqu'à présent, comme si j'avais une grosse grippe. Je tente d'aller prendre le petit déjeuner, mais un malaise me prend, je me sens tout pâle, je ne tiens plus debout. Je file tout de suite me rallonger, je me sens très faible et j'ai des frissons. Après un peu de repos je tente de faire mon sac doucement et nous quittons le lodge vers 8 h 45 (au lieu de 8 h), sans grand espoir d'aller bien loin, mais on verra.

Le sentier quitte Upper Pisang (3 330 m) en balcon au milieu des cultures en rives gauche du torrent. Au bout d'une heure, je résiste et tiens toujours debout à ma grande surprise. Nous arrivons à une passerelle qui marque le début d'une longue et raide montée mais régulière en de nombreux lacets pour atteindre le village de Ghyaru à 3 670 m d'altitude. Le panorama y est tout simplement grandiose face à la chaine des Annapurnas (Annapurnas et Ganggapurna (7 454 m)). Des sommets, glaciers et arêtes tous plus beaux les uns que les autres. Je recommande grandement cet effort plutôt que de rester en fond de vallée même si le dénivelé est important et que l'étape est bien plus longue, cela en vaut largement le détour. Malgré une fatigue omniprésente, nous l'avons atteint en 2 h avec une marche très lente. Pourtant, nous rattrapons même une grosse partie des trekkeurs partis plus tôt. 15 minutes à contempler ce paysage et profiter de ce point de vue unique, puis le sentier se poursuit en balcon où nos yeux ne cessent de regarder ce décor himalayen. Derrière nous, nous apercevons le Pisang Peak (6 091 m) et son petit glacier accroché. Mais la douleur associée au lourd soleil d'altitude reprend le dessus, un chemin de croix m'attend jusqu'à enfin gagner Ngawal à 3 660 m où je vais pouvoir grignoter un morceau étant à jeun depuis ce matin.
Je m'affale sur ma chaise, enfile ma polaire et nous attendons sagement le plat. Des bonnes pastas pour se refaire une santé et poursuivre le chemin. Nous choisissons hélas de quitter ce sentier balcon de l'ACAP et d'emprunter une piste qui perd rapidement de l'altitude en plongeant dans la vallée car mon état ne me permet plus de continuer ainsi... Nous longeons l'aérodrome d'Hunde (3 280 m) jusqu'à Munchi (3 467 m), l'énergie me revient un peu. Les paysages sont là bien différents, on se croirait dans le Colorado provençal avec de grandes cheminées et d'esthétiques formes d'érosion. 30 minutes de marche plus loin, nous voilà enfin à Bragda (3 440 m) où nous choisissons rapidement un lodge pour m'y affaler après ces
6 h de marche éprouvantes mais tellement belles. C'est sûrement ce qui m'a poussé à tenir jusqu'au bout sans savoir réellement ce que j'avais et malgré l'inquiétude pour les prochaines journées... Peut-être le Mal des Montagnes (mais souffle normal et pas de mal de tête), est-ce l'eau, la nourriture, la suite me le dira...? Douche puis direction le duvet pour une sieste jusqu'au repas en frissonnant, dur !

Lire la suite 0 commentaires

J12 : Lundi 2 octobre 2017 : Trek J6 : Ice Lake (4600m) de Braga (3440m) à Manang (3540m)

Un réveil vers 7 h de nouveau en forme, la nuit a été réparatrice, ouf ! Petit déjeuner à 7 h 30 après une première nuit payante à 200 rs. Nous prenons un tout petit sac (merci La Redoute avec 2 litres d'eau, quelques barres,
une veste et le matos photos) et direction le Ice Lake à 4 600 m d'altitude, excellent pour l'acclimatation. Nous décollons de Braga (3 360 m) à 8 h 30, le sentier débute en face du lodge et traverse un village typique avec son vieux monastère. Le chemin grimpe rapidement dans le raide, mais quel plaisir de marcher avec un sac léger, on revit ! Nous retrouvons le même rythme de progression qu'en France. On s'élève ainsi rapidement au dessus de la vallée, les hauts sommets et glaciers apparaissent de plus en plus nombreux. La forte pente cesse d'un seul coup, on débouche sur de vastes plateaux et nous finissons par atteindre ce fameux Ice Lake. Sourires sur les visages, le cadre est superbe malgré quelques nuages accrochés aux reliefs. L'ascension est côtée 4 h mais nous en mettrons finalement 2 h 30, la forme est au rendez-vous. Bonne pause d'une heure au bord du lac à contempler ce paysage à 360° et s'imprégner de la haute altitude. Nous retrouvons un français rencontré deux jours plus tôt, discussions entre voyageurs enrichissantes. Vers la mi-journée, le vent se lève comme habituellement. Nous quittons ce petit coin de paradis et amorçons cette raide descente qui plonge dans la vallée et ainsi retourner au lodge en à peine 1 h 30, on a fait chauffer les jambes ! Pause repas où nous avons passé la nuit, puis nous rechargeons nos lourds sacs vers 14 h 30 mais seulement jusqu'à Manang à 30 minutes de marche. Manang est le terminus de la piste accessible aux jeeps et motos, mais rassurez-vous jusque là il n'y a que très peu de circulation, il faut tout de même 1 journée de route jusqu'à Besisahar. Cette bourgade concentre de nombreux commerces où l'on trouve de tout (crème solaire, piles, nourriture, doudoune The North Face (contre-façon)), de nombreux lodges, une salle de cinéma de quelques places diffusant des films de Montagne (Everest...), un check-point de l'ACAP, un musée et un poste de l'HRA où une conférence gratuite est donnée chaque jour à 15 h sur le mal des montagnes. Nous choisissons l'Alpine Home à 500 rs la nuit dans une petite maisonnette de 3 m sur 3 mais très agréable avec son jardin et sa vue dégagée sur les montagnes. Repas bien mérité avec tout de même 4 h 30 de marche et un gros dénivelé avalé. La forme et mes soucis de santé de la veille ne sont qu'un mauvais souvenir. Nous profitons d'un petit tour dans cette bourgade et repérons une petite marche d'1 h 30 avec un beau point de vue pour le lendemain, journée de repos. Nous retrouvons une bonne partie de nos rencontres depuis le début de ce trek, c'est toujours un plaisir de se retrouver et d'échanger. Au menu de ce soir, le plat typique local un Dal Bah Set toujours servis copieusement, bien relevé et à volonté. Le ventre est bien rempli pour clore cette journée intense.

Lire la suite 0 commentaires

J13 : Mardi 3 octobre 2017 : Trek J7 : Journée repos à Manang (3540 m) & Moraine du Ganggapurna (3900 m)

1ère grasse matinée jusqu'à 8 h pour cette journée repos à Manang (3 540 m). Petit déjeuner dans la foulée avec toasts à l'ail, parfait pour réveiller directement les papilles.

9 h 30, j'attaque une petite ballade côtée 1 h 30 au dessus de la moraine du Ganggapurna (3 900 m). Il me faudra 45 minutes pour atteindre ce point de vue majestueux. Je ne sais plus où poser mon regard, surement le plus beau paysage himalayen depuis le début ! Les nombreux drapeaux à prières flottent au vent pour m'accueillir. La vue sur le glacier et le lac du Ganggapurna est somptueuse. Les glaciers en rivent gauche se dévoilent enfin, la chaîne des Annapurnas apparaît sous son plus beau décors, recouverts d'un léger saupoudrage de neige durant les précipitations de la nuit. Je passe quasiment 2 h à flâner sur ce belvédère incroyable perché 300 m au dessus de Manang. Photos et vidéos s'enchaînent. Encore de belles rencontres et échanges avec des locaux surpris par ma vitesse de montée, mais doucement avec l'égo! ;)

Cette vue panoramique à 360° sur la vallée de Marsyangdi est incontournable, c'est une petite rando parfaite pour l'acclimation. Hélas, il est temps pour moi de redescendre de ce perchoir où on resterait bien indéfiniment. Je dégringole en 20 minutes jusqu'au bord du lac du Ganggapurna, lac glaciaire entouré d'une puissante moraine de plus de 150 m de haut. Les marques glaciaires sont tellement amplifiées que dans nos Alpes ! Le cadre autour de ce dernier est un peu joyaux naturel. Je traverse à nouveau le font de vallée au milieu des champs de sarrasin en pleine récolte. Les villageois sont nombreux à y travailler actuellement (voir photos & vidéos). Une raide et courte montée me ramène jusqu'au centre de Manang. Village de pierres et de drapeaux à prières, composé de petites maisons aux toits plats au milieu des derniers pins et mélèzes de la vallée avant la haute altitude.

Midi, retour à l'Alpine Home pour un bon plat de spaghetti tomate et fromage, rien de mieux après l'effort (450 rs). Après-midi repos et lecture au soleil dans le petit jardin du lodge, ainsi qu'une bonne lessive avant d'attaquer la dernière ligne droite qui va nous mener en trois jours au redoutable col de Thorung La culminant à 5 416 m. L'un des cols les plus élevés du Népal et potentiellement périlleux par son altitude et ses changements brusques de météo. En octobre 2014, une chute de presque 180 cm de neige en 12 h a tragiquement tué 43 personnes et 500 trekkeurs on été secourus aux abords du col et de Muktinath. Même à la période où nous sommes qui est normalement la sèche, nous ne sommes pas à l'abri, la montagne a toujours son lot de surprises et le dernier mot !

Lire la suite 0 commentaires

J14 : Mercredi 4 octobre 2017 : Trek J8 : De Manang (3540 m) à Letdar (4200 m)

Réveil 6 h 45, nous quittons ce sympathique lodge et Manang après un nouveau check-point de l'ACAP vers 8 h. Une montée régulière nous mène au petit village de Tengi (3 690 m) puis Ghusang (3 950) 1 h plus tard. Nous y marquons une halte, interpellés par une française qui est tombée sous le charme des lieux et a ouvert son petit lodge restaurant. Un choix bien justifié, le panorama s'étend sur les Annapurnas II, IV et le Ganggapurna, le plus beau point de vue sur ces sommets depuis le début. On découvre l'importante masse glaciaire de cette chaîne. Nous goûtons un très bon jus local sur la terrasse ensoleillé face à ce spectacle himalayen. Nous reprenons ensuite le chemin qui file à plat et s'enfonce dans la vallée de la Jarsang Khola, la végétation devient plus rase et se raréfie au fur et à mesure. Les troupeaux de yacks sont désormais de la partie. Nous tombons sur une petite famille de chamois himalayens, au poil bien plus clair que dans nos Alpes. Le village de Yak Kharhka à 4 020 m d'altitude sera notre pause repas, un bon plat de riz oeuf (640 Rs à 2). On poursuit 45 minutes dans cette vallée pour atteindre Letdar 200 m plus haut à 4 230 m d'altitude où nous passerons la nuit. Nous  choisissons "L'hôtel Churi Lattar" à 100 Rs la chambre double tout comme 3 autres couples français rencontrés dans la montée. Nous privatisons même la terrasse nous retrouvant à côté par hasard. Il est conseillé de s'arrêter dans l'un de ces deux villages pour l'acclimatation même si l'étape du lendemain peut paraître courte. Un léger mal de tête se fait sentir dans l'après-midi au moment où j'écris ces quelques lignes. La douche chaude est désormais payante à 200 Rs, mais pour ma part je choisis un petit ruisseau à proximité pour me rincer et laver les petites affaires du jour.

Lire la suite 0 commentaires

J15 : Jeudi 5 octobre 2017 : Trek J9 : De Letdar (4200 m) à Thorung High Camp (4830 m)

Réveil 7 h après une nuit encore très agréable, petit déjeuner à 7 h 30 pour un départ habituel à 8 h de Letdar (4 200 m). Sous les premiers rayons du soleil qui nous réchauffent rapidement, déjà en t-shirt, le sentier grimpe lentement jusqu'à franchir la rivière Kone Khola à 4 310 m d'altitude. On chemine désormais à travers un paysage désolé sous des couloirs exposés aux avalanches après des chutes de neige. Nous voilà en 1 h 30 à Thorung Phedi (4 540 m). Nous y marquons une bonne pause, il y a là deux grands lodges confortables prêts à accueillir des centaines de trekkeurs en pleine saison. En cas d'urgences il y a un téléphone satellite à 5$/min. Toujours pas de mal de tête en vue, nous décidons de pousser jusqu'au High Camp. En 1 h, le sentier gagne rapidement de l'altitude, 400 m plus haut où se trouve le dernier lodge le Thorung High Camp à 4 930 m. Il est potentiellement dangereux de dormir à cette altitude si vous sentez déjà un symptôme du Mal des Montagnes. Ce dernier est rapidement complet, en arrivant vers 11 h nous avons eu notre chambre double à 350 Rs sans soucis mais à partir de 13 h c'est dortoir obligatoire et en milieu d'après-midi retour au camp précédent... Le ciel étant totalement dégagé, nous grimpons au point de vue 5* perché à 15 minutes au dessus du camp. La vue à 360° y est à couper le souffle. Nous avons la chance et le privilège de nous retrouver au coeur des plus somptueuses montagnes himalayennes. La chaîne imposante des Annapurnas se dévoile totalement ainsi que de nombreux sommets glaciaires tels que le Chulu (6 584 m), le Purbung Himal (6 500 m), le Thorung Peak (6 144 m) où nous passerons au pied demain et des dizaines d'autres tous différents les uns des autres. L'immensité himalayenne se fait bien sentir, il faut y être pour s'en rendre compte. Les drapeaux bouddhistes flottent au vent, nous restons bouche bée face à ce spectacle qui s'offre à nous. WAHOUU ! Les effets de l'altitude se font quand même bien sentir, le moindre effort est physique. Repas bien mérité pour reprendre des forces, même si la digestion à cette altitude est pour moi un peu plus compliquée. Nous évoluons dans un cadre très lunaire où les glaciers bien blancs recouverts d'une pellicule de neige tranche avec le sol aride et poussiéreux. Les marques glaciaires sont omniprésentes : énormes moraines, verrous glaciaires, érosions, une nature encore toute récente où l'on se rend encore plus compte de l'énorme recul des glaciers ces dernières années. Désolant et triste... Les plus gros pollueurs sont les pays les plus riches dont nous faisons partie, et les plus touchés et où les effets se font le plus sentir sont les plus pauvres comme ici au Népal (une plus grosse mousson, recul des glaciers, la plus grande réserve d'eau douce au monde des glaciers himalayens en nette diminution...).

Lire la suite 0 commentaires

J16 : Vendredi 6 octobre 2017 : Trek J10 : Du High Camp au Thorung La Pass (5416 m) puis Ranipauwa (3700 m)

Il est conseillé de franchir tôt le col avant que le vent ne se lève comme tous les après-midi et fait dégringoler la température. Réveil matinal à 4 h 15 après une nuit  plutôt correcte pour l'altitude. On enchaîne le petit déjeuner à 4 h 30 puis nous quittons le camp à 5 h. Nous progressons à la frontale sous la pleine lune légèrement voilée, des petites lucioles grimpent au milieu de nul part. Il n'y a pas de vent, il fait tout juste frais en marchant, mais nous avons quand même les gants, le bonnet, le buffle et quelques épaisseurs de vêtements. Nous avançons d'un pas régulier car l'essoufflement est rapide à cette altitude, mais nous sommes très bien acclimatés.
Vers 6 h 23, un lever de soleil exceptionnel nous accueille, les sommets et glaciers s'illuminent chacun leur tour laissant un spectacle de couleurs incroyables. Nous doublons la plupart des groupes avec guide népalais, nombreux chinois sans généraliser sont dans le mal. A 6 h 45, en bonne forme j'atteins ce fameux plus haut col himalayen : le Thorung La à 5 416 m d'altitude soit en à peine
1 h 45 de marche depuis le High Camp. Une série de photos, de félicitations, de sourires, et d'excitation ! Quel plaisir de se retrouver dans ce cadre unique et désertique aux pieds des hauts glaciers de cette mythique chaîne montagneuse en plein coeur du Népal. La vue époustouflante sur les Annapurnas se prolonge le long de la Great Barrière jusqu'à la vallée aride de la Kali Gandaki qui est la vallée la plus profonde du monde. Petit thé partagé avec un autre couple de français avec qui nous avons bien sympathisé ces derniers jours. Après une bonne heure dans ce lieu du bout du monde, nous entamons la descente abrupte de plus de 1 600 m de dénivelé qui va nous mener dans une nouvelle vallée, un nouveau monde, à Muktinath.
Devançant quasiment tout le monde, nous nous retrouvons seuls sans bruit. Peu à peu nous passons des moraines aux premières petites végétations d'altitude, puis aux troupeaux de buffles, chèvres et moutons avant d'avoir un choc en retrouvant d'un seul coup la civilisation : piste carrossable et même bitumée dès la sortie de Ranipauwa (3 700 m). Nous nous y attendions vraiment pas, pensant retrouver seulement une petite bourgade du type de Manang avec peu de confort et Tea House. Finalement nous serons donc dans un hôtel confortable avec salle de bain privée etc... 10 minutes avant cette ville, nous traversons Muktinath, un site de pèlerinage pour hindous et bouddhistes très fréquenté à cette période. Encore un instant hors du temps à observer ces nombreux pèlerins. Arrivant très tôt vers 11 h 30, nous avons bien mérité notre premier burger au Yack avec ces bonnes frites maison à 600 Rs. On savoure pleinement sur la terrasse plein soleil. Nous nous renseignons ensuite pour le trajet du lendemain qui devrait se faire en jeep jusqu'à Jomsom puis via 1 ou 2 bus jusqu'à Tatopani d'où débutera la 2ème partie de notre aventure sur le Trek du Sanctuaire des Annapurnas. Le stop bus & jeep se trouve à la sortie du village d'où commence la récente route asphaltée (et le chemin variante du Tour de l'ACAP). Après-midi consacrée à une grosse lessive et à un repos bienvenu, quel choc pour nous petits humains de passer de 5 416 m à 3 700 m.

Le regard s'oriente désormais sur le massif du Dhaulagiri (8 167 m) avec son sommet imposant faisant contraste aux paysages arides du Haut Mustang (permis d'entrée 100$ US). Nous passerons demain au village médiéval de Kagbeni (2 840 m), près de Lo Manthang capitale de ce légendaire royaume du Mustang. Nous avons également une superbe vue sur le massif des Nilgiri (7 061 m), le Tilicho Peak (7 134 m) ou encore le Tukuche Peak (6 920 m). Les photos vous en diront plus sur ces sommets de renommée internationale qui nous font tant rêver. Très bonne nuit réparatrice dans le confort.

Lire la suite 0 commentaires

J17 : Samedi 7 octobre 2017 : Trek J11 : Jeep & Bus de Ranipauwa (3700 m) à Tatopani (1190 m)

Réveil vers 7 h pour se rendre à la sortie du village chopper une jeep jusqu'à Jomsom. Nous partons vers 8 h 20 à bord d'une jeep bondée à 320 Rs/personne. Les premiers kilomètres sont bitumés depuis quelques jours à peine, puis nous retrouvons une piste mouvementée mais cela reste très confortable en 4x4. Nous pouvons profiter du paysage qui change radicalement. En 1 h à peine nous atteignons Jomsom (2 720 m). Nous le traversons à pieds jusqu'au "quartier touristique" étalé autour de l'aéroport. Un nouveau contrôle de l'ACAP puis nous échangeons un peu d'argent : 100 € pour 1 100 Rs dans un hôtel et nous en profitons également pour faire quelques courses. Deuxième étape de la journée, trouver un bus pour Tatopani. Nous tombons sur le guichet de vente, billet à 800 Rs/personne avec un départ approximatif lorsque le bus est plein (il manquait 6 personnes au moment de l'achat). Finalement, 1 h plus tard vers 11 h 15 c'est un bus bondé dans lequel nous grimpons. Nous trouvons tout de même deux petites places assises au fond du bus entre sacs et cartons prêts à nous faire bien secouer. Après à peine 30 minutes de trajet, nous  stoppons une bonne heure pour changer une roue en fin de vie dans un "petit garage local en bord de route". Une longue attente en plein soleil et plein vent. 13 h, nous voilà repartis, mais pas pour bien longtemps, ce coup-ci le nouveau pneu mais déjà d'occasion rend définitivement l'âme. Nous voilà arrêtés dans le petit village de Tukuche (2 590 m) a tout juste 1 h de route de Jomsom. On nous annonce un nouveau bus vide dans 1 h, le temps de manger un morceau dans les petits commerces-maisons. 14 h toujours rien, 15 h non plus, on nous annonce désormais un bus venant d'en bas, 16 h toujours rien, le temps devient long en bord de route à manger et respirer poussière et gaz d'échappement. Le froid commence à tomber, nous commençons à craquer sur cette fichue piste... C'est bien le Népal ! 17 h, nous n'avons plus d'espoir de rejoindre Tatopani aujourd'hui, mais quand on s'y attend le moins, un bus bondé montant de la vallée s'arrête, les passagers montent dans notre ancien bus qui devrait "tenir" jusqu'à Jomson et nous voilà à bord de leur bus ! Wahou on ne dormira pas ici. Désormais, une autre question se pose : à quelle heure arriverons nous, y aura t-il encore des lodges ouverts...? Stress... Un guide local nous annonce une arrivée vers 22 h, c'est très tardif mais il a un numéro de téléphone pour tenter de prévenir de notre arrivée. Le lodge ne promet rien si nous arrivons après cette heure... Nous n'avons pas l'esprit tranquille, nous croisons les doigts pour ne pas dormir à la belle étoile. A bord de notre bus moins bondé, les paysages défilent mais de nuit désormais. On saute dans tous les sens sur cette route maltraitée, les 5 h sont longues. Pause diner à Kalopani (2 530 m). Reprise de la route musique à fond qui met bien l'ambiance sur cette route tortueuse au milieu du Népal. 22 h 30, nous sommes déposés sur le bord de la route sous Tatopani. Je sors une frontale pour essayer de trouver un chemin montant au centre du village en pleine nuit. Nous empruntons un escalier débouchant au milieu d'une habitation, un peu perdu nous nous faisons ouvrir une porte et tombons sur la façade encore éclairée de l'Himalaya Hotel, nous sommes soulagés. Il reste seulement "une chambre" de disponible, enfin plutôt 2 lits entre 4 murs comme dans une prison. Mais celle-ci fera l'affaire, nous sommes claqués et il fait de nouveau chaud et humide. Une courte douche froide histoire d'enlever toute cette poussière emmagasinée durant cette journée, puis nous nous couchons sous la pluie qui s'abat désormais dehors, arrivés à temps !

Lire la suite 0 commentaires

J18 : Dimanche 8 octobre 2017 : Trek J12 : De Tatopani (1130 m) à Ghorepani (2880 m)

Réveil un peu plus tardif vers 7 h 30 après la journée exténuante de la veille. Mais ces péripéties font partie du voyage, sinon ce n'est pas un vrai voyage si tout se passe comme prévu. On finit par en rigoler et à en faire de sacrés souvenirs.

Nous découvrons ainsi Tatopani (1130 m) de jour, une petite bourgade au fond d'un rétrécissement marqué dans cette Kali Gandaki vallée. Forêt épaisse, humide et bruyante, nous avons une nouvelle fois changé d'atmosphère. Gros petit déjeuner complet pour la 1ère fois depuis le début du voyage : toasts, confiture, oeufs, patates et thé pour à peine 450 Rs. On remarque tout de suite que les prix ont baissé dans cette basse vallée.
Nous quittons l'hôtel vers 9 h avec pour objectif de divisé l'étape du jours en deux : rejoindre Shikka (1935 m) en jeep, puis marcher jusqu'à Ghorepani. Mais on nous remet rapidement dans le droit chemin : la piste est en très mauvais état, ce sera marche dès le début...

Le check-point est passé, nous descendons 5 minutes sur la grande piste fréquentée reliant Jomsom à Pokhara, traversons un large pont suspendu et nous voilà en rive gauche de la rivière prêts à attaquer une longue et raide montée (elle sera encore plus longue que prévue). D'après le timing de notre carte "Around Annapurna", il nous faudrait 2 h 30 jusqu'à Shikka puis encore 2 h 30 de marche jusqu'à Ghorepani. La grimpette débute directement dans le raide, en plein soleil et dans une atmosphère lourde et humide, nous sommes trempés instantanément. Un petit rythme nous fait finalement avancer de bon train au milieu des petits villages et cultures. Ce secteur est assez peuplé avec de nombreuses habitations typiques tout au long du parcours. Nous rejoignons Shikka avec soulagement vers
12 h 45 soit 3 h 45 pour 950 m de dénivelé positif. Les cotas de la carte ne sont des fois pas bien justes, et c'est bien la plus longue journée du trek qui nous attend (avec celle du J22 au Base Camp lors de nouvelles péripéties). Pause repas bien méritée et nous repartons pour 3 bonnes heures de marche. On gagne rapidement de l'altitude, la fraîcheur est bienvenue, mais la fatigue se fait également sentir. Les très nombreux escaliers s'enchaînent mais la vue qui s'offre à nous nous fait tenir. Après être passés à plus de 5 416 m et déjà plus de 10 jours de trek dans les jambes, nous poursuivons de bon train et bouclons cette immense étape du fin fond de la vallée à 1 130 m à 2 880 m d'altitude. Une sacré ascension au coeur de petits villages pittoresques en ne croisant qu'une petite dizaine de trekkeurs (c'était une variante sauvage du tour des Annapurnas). L'arrivée à Ghorepani perché au sommet d'une crête, rempli de touristes avec ses nombreux lodges et hôtels haut de gamme est choquante. Nous essuyons 3 refus d'hôtels haut de gamme bondés et complets avant de dénicher un petit lodge bien plus typique et agréable pour tout juste 200 Rs la chambre double. Les chinois et japonais sont nombreux ici, venus seulement pour quelques jours de marche et le fameux panorama depuis Poon Hill.

Repas très agréable et servi avec grand sourire, puis repos ! Tout s'enchaîne très vite depuis le début de ce voyage. Nous voilà dans la 2ème partie à l'assaut du trek du Sanctuaire des Annapurnas via la variante qui permet de l'enchaîner après le trek Tour des Annapurnas. On ressent les changements de cultures, végétations et fréquentations entre les différentes vallées et altitudes.

Lire la suite 0 commentaires

J19 : Lundi 9 octobre 2017 : Trek J13 : De Ghorepani (2880 m) à Chuile (2067 m) via Poon Hill (3193 m)

Petit déjeuner vers 7 h 15 après une nuit très agréable dans ce lodge atypique. A 7 h 45, après les hardes de touristes matinales, direction le fameux panorama de Poon Hill (3 193 m). Il faut 30 bonnes minutes de raide montée par une série incroyable de marches pour profiter de ce belvédère très prisé au lever du jour face aux sommets du Dhaulagiri (8 167 m), et aux Annapurna I (8 091 m), Annapurna Sud (7 219 m) et le Machapucchare (6 997 m). On comprend alors pourquoi c'est l'un des plus beaux point de vue du Népal. Nous y passons un large moment avant de revenir sur nos pas au lodge récupérer nos sacs. Les nuages commencent déjà à accrocher les bas reliefs sur ces pré-massifs. 10 h, nous quittons Ghorepani (2 880 m) et grimpons sur la Crête de Deurali avec encore de belles successions d'escaliers, les genoux vont bien sentir la journée ! Depuis Ghorepani nous sommes au milieu de nombreux groupes de touristes en particulier asiatiques mais aussi des locaux. Je n'aime pas particulièrement cette étape qui est beaucoup trop fréquentée avec plus de 300 personnes à doubler avançant à pas d'escargot. Ils sont bruyants et nombreux ont fait appel à des porteurs sur-chargés. Les Tea-houses sont nombreuses mais sur-bondés à Deurali (3 106 m), puis nous passons à Ban Thanti (3 180 m) où nous mangeons avec un peu en avance sur la foule doublée (11 h 45).
De ce dernier, pour une bonne digestion 30 minutes de descente raide et horrible pour les genoux, traversée d'un ruisseau et re-grimpette de 30 minutes pour atteindre Tadapani (2 630 m). Nous sommes désormais formés aux chemins Népalais, les distances sont parfois courtes mais la dénivellation importante. Rares sont les sentiers suivant une courbe de niveau à plat. 14 h, à Tadapani nous tentons de chercher une chambre malgré les recommandations nous annonçant des lodges complets remplis par les groupes. On nous propose une nuit à 500 Rs entre 4 murs de 2 m sur 2, à ce prix là on poursuit sans hésiter la route. Je déconseille de passer la nuit dans ce village étape étant désormais sur-fréquenté et donc plus cher, on ne trouvera pas le calme et le paisible ici. Nous poursuivons par une descente de 45 minutes jusqu'à Chuile (2 067 m) pour se dégoter un sympathique lodge confortable avec une vue plongeante sur la vallée et une partie de l'étape du lendemain (400 Rs la chambre double). Les prix sont plus élevés qu'attendu sur ce début de trek, à ce rythme il nous faudra absolument échanger des roupies sans quoi nous serons à sec avant la fin du trek. Nous nous attendions à des nuits gratuites avec 2 repas payants comme une grosse partie des étapes du Tour des Annapurnas. Affaire à suivre. Nous avons aujourd'hui évolué dans une forêt épaisse et dense au milieu des Rhododendrons.

Lire la suite 0 commentaires

J20 : Mardi 10 octobre 2017 : Trek J14 : De Chuile (2067 m) à Sinuwa (2360 m)

Réveil 7 h et petit déjeuner dans la foulée. Nous avons négocié la chambre avec SDB à 400 Rs au lieu de 800 la veille. Nous nous renseignons pour échanger des euros en roupies et un sympathique guide s'en charge et en plus à un meilleur taux qu'à Jomson ou Pokhara. Inattendu pour 50 € nous avons donc 5 750 Rs, merci les Népalais, on finit toujours par trouver quand on s'y attend le moins! Nous quittons Chuile (2 067 m) l'esprit tranquille. Après quelques minutes de marche, nous retombons sur un jeune ami français rencontré dans le bus de Katmandou à Pokhara, la discussion file bon train tout comme les marches que nous dégringolons jusqu'à traverser la Kimrong Khola. Nous ravalons du dénivelé sur le versant opposé, il fait déjà très doux sur ces nombreux escaliers qui nous mènent au Chomrong Pass en moins de 2 h. Le sentier évolue ensuite en balcon sans jamais filer droit, alternant nombreuses montées et descentes, impec pour les jambes, on réalise rapidement du dénivelé sur ces sentiers himalayens. 11 h, au détour d'un virage nous voici à Chomrong (2 170 m), la vue se dévoile désormais sur la vallée menant au Camp de Base des Annapurnas. Nous y marquons une pause thé en terrasse tellement le spectacle est saisissant, nous sommes dominé par l'Annapurna Sud (7 219 m), le Khangsar Kong (Roc Noir 7 485 m) et la Dent du Machapuchare (6 997 m). Très étendu, ce village est peuplé de Gurung, c'est le dernier village permanent de la vallée. Il y a là de très beaux lodges et un nouveau check-point de l'ACAP. Nous décidons de poursuivre jusqu'au prochain village, une énorme série d'escaliers en pierre abruptes jusqu'aux rives de la Chomrong Khola. Et il faut une nouvelle fois re-grimper sur le versant opposé pour atteindre en 30 minutes le petit village de Sinuwa (2 360 m) posé en pleine pente. Nous passerons la nuit ici, le corps réclame une après-midi de repos. Depuis Chomrong, les groupes de trekkeurs sont de nouveau plus nombreux, les chemins menant au Sanctuaire des Annapurnas se rejoignent tous ici. De ce point, notre cheminement sera le même en aller-retour d'où une fréquentation également plus importante à la différence du précédent trek qui se réalise dans un sens en boucle. Nous pénétrons peu à peu au coeur du massif des Annapurnas après en avoir fait le tour, avec pour aboutissement, un amphithéâtre grandiose au pied de ces glaciers et sommets mythiques. Une boucle ainsi complète pour ne pas rester sur sa fin en ne faisant que le circuit autour des Annapurnas. L'itinéraire au milieu des rizières traverse désormais une gorge tapissée de bambouseraies et de forêts humides. Nous logeons et mangeons cette nuit au Real Sinuwa Cottage, eau chaude et vue depuis la chambre garantie.

Lire la suite 0 commentaires

J21 : Mercredi 11 octobre 2017 : Trek J15 : De Sinuwa (2360 m) au Camp de base du Machapuchare (3700 m)

Réveil à 6 h 45, petit déjeuner à 7 h 15 et départ du lodge
à 8 h (2 500 Rs pour 2 personnes avec 3 repas (midi, soir, matin) + la nuit). 

Le sentier pénètre dans les hauteurs de la vallée de la Modi. On enchaîne toujours montées et descentes d'escaliers. Les hordes de groupes organisés japonais deviennent horribles et difficile à doubler cassant le rythme. Ils n'ont pas du tout l'esprit montagne, mais que font-ils là à nous embouteiller les sentiers et lodges... Nous franchissons Bamboo (2 310 m) puis Dovan (2 600 m) au milieu d'une forêt dense et épaisse. Nous y observons même un gros singe perché de branches en branches. A midi, au bout de
4 h rudes de marche nous voilà à l'Himalayan Hotel (2 840 m) qui compte deux lodges où nous souhaitons passer la nuit, mais ils affichent déjà complet... Nous mangeons tout de même un bon plat de pâtes pour reprendre des forces et nous voici repartis 45 minutes plus tard pour atteindre Deurali (3 230 m) et ces 5 lodges où nous avons plus de chance pour trouver un lit. Nous grimpons rapidement jusqu'à la petite grotte de Hinko (3 170 m), franchissons les fameux couloirs d'avalanches avec encore de bonnes quantités de neige résistante puis débouchons à ce nouveau village de lodges. Nous passons un après un les 5 différents lodges en vain, ils sont déjà tous complets par ces troupes de touristes qui réservent à l'avance et arrivent à point d'heure. A notre passage vers 14 h 30, il n'y avait quasiment personne, la fatigue et l'énervement surgit. Le corps commence à dire stop, on ne veut pas dormir dehors. On nous conseille de pousser encore plus loin jusqu'au Machapuchare Base Camp (3 700 m) où nous sommes censé avoir plus de chances de trouver un toit. Nous n'y croyons plus... Il faut encore avaler 500 m de dénivelé positif et marcher 2h. On se laisse y croire sans avoir vraiment le choix, nous rehaussons nos lourds sacs à dos.
Finis les escaliers en pierre, déjà une bonne nouvelle. Le sentier grimpe régulièrement en sortant de la forêt mais nous sommes rattrapés par le brouillard au bord da la Modi Khola,
la température dégringole d'un seule coup. Nous devinons que nous rentrons dans ce fameux cirque dominé par ces sommets mythiques. La vallée s'élargit, le torrent devient peu à peu un ruisseau et en moins d'1 h 30 nous débouchons sur les fameux lodges du Machapuchare Base Camp. Boum, la bonne nouvelle tombe, les lodges sont disponibles, nous nous dégotons directement une chambre. Soulagement, le corps dit merci !!! La pression met du temps à redescendre, j'en veux à ces gros groupes infernaux de touristes qui bloquent des petits voyageurs en sacs à dos comme nous. D'ailleurs sur ce trek nous ne croisons que très peu de trekkeurs en mode routards, tous sont quasiment de gros groupes ayant fait appel à un guide et à de jeunes porteurs sur-chargés. Certains touristes n'ont même pas de sac à dos, quelle honte, ça me dégoûte, heureusement qu'il y a le spectacle de cette nature qui en vaut largement la peine. Nous avons bien mérité notre thé bien chaud et une assiette de frites dès notre arrivée à 16 h. Le ciel commence à se déchirer et laisse apercevoir les alentours,
la face du Machapuchare se dévoile, ensoleillée, imposante, raide et plâtrée de neige, nous n'avons jamais été aussi proches de ces hautes parois. Pour information, ce camp de base du Machapuchare n'est pas vraiment un camp de base puisque l'alpinisme n'est pas autorisé sur ce sommet. Nous sommes ce soir à 3 700 m d'altitude et largement acclimatés après toutes ces journées de marche en oscillant régulièrement entre 3 000 et 5 416 m. Mais quelle journée avons nous réalisé, nous avons donc parcouru en 1 jour ce qu'on devait faire en 2 jours (toute la partie depuis l'Himalayan Hotel jusqu'au Camp de base était le programme du lendemain) Soirée fraîche, plat local de Dal Bah à 18 h, dans le duvet à 19 h, puis lecture et dodo.

Lire la suite 0 commentaires

J22 : Jeudi 12 octobre 2017 : Trek J16 : Du Machapuchare Base Camp (3700 m) au Sanctuaire des Annapurnas (4130 m) puis Dovan (2600 m)

La sonnerie à 4 h 45 fait mal après la grosse journée d'hier. Petit déjeuner à 5 h 15 et départ du Machapuchare Base Camp (3 700 m) dans la foulée avec le petit sac à dos. Light, un soulagement non négligeable pour notre dos. Un bon quart d'heure de marche éclairée à la frontale puis rapidement la lumière des montagnes nous atteint. Vers 6 h 15, les premiers rayons orangés du soleil illuminent l'Annapurna Sud (7 219 m), puis tour à tour chaque sommet se voit à son tour éclairé d'une lumière différente. En 1 h de montée pour les 450 m de dénivelé positif jusqu'à l'imposante moraine du glacier de l'Annapurna Sud, nous voilà au bon endroit pour profiter de ce spectacle intense. Nous sommes à l'Annapurna Base Camp à 4 130 m d'altitude, à l'écart des foules au pied de ce cirque immense et grandiose. Les faces abruptes de l'Annapurna I (8 091m) et du Roc Noir (7 485 m) nous font face. Les moraines, parois enneigées et glaciers nous rendent minuscules dans ce décors de haute montagne, nous sommes bien dans ce fameux sanctuaire des Annapurnas.
Un amphithéâtre cerné de sommets de plus de 7 000 à 8 000 m d'une envergure stupéfiante. Derrière nous le soleil sort peu à peu du vertigineux Machapuchare ("queue de poisson") et finit par nous réchauffer. Les bonnets, gants et polaires sont vite quittés. L'ensemble de ce cirque est sous les rayons du soleil et clôture ce spectacle naturel matinal de toute beauté. Après 2 h de contemplation dans ce lieu incroyable dont on ne voit pas passer le temps, nous revenons sur nos pas jusqu'au lodge en 45 minutes. Nous récupérons nos lourds sacs et payons 3 000 rs
(à 2 avec repas et nuit). Il est 10 h 30, nous poursuivons la descente, les muscles sont fragilisés de la journée d'hier, la fatigue commence à s'accumuler mais nous en avons encore plein les yeux. Nous passons Deurali, re-traversons les couloirs d'avalanches et marquons notre pause comme la veille à l'Himalayan Hotel. On était loin de penser hier qu'on serait déjà là au même endroit tout juste 24 h plus tard. Finalement, malgré ces déceptions sur les lodges sur-bookés nous nous sommes retrouvés seuls et à l'écart de ces gros groupes. Dans chaque petit malheur il y a une bonne nouvelle cachée. Nous repartons pour une dernière heure de marche à nouveau en pleine forêt jusqu'à Dovan à 2 600 m où nous passerons la nuit. Passer ces différents étages alpins est toujours remarquable (de la haute altitude aux forêts humides des vallées en passant par la basse végétation). Malgré une arrivée tôt vers 13 h 30, il aura fallu quand même négocier pour qu'on nous accorde une vraie chambre pour deux (souvent composée de 3 lits). Après-midi farniente et danse locale pour le festival du tourisme de l'Annapurna (voir vidéo et film du voyage). Nuit assez bruyante avec de jeunes voisins népalais insupportables, ça festoyait !

Lire la suite 0 commentaires

J23 : Vendredi 13 octobre 2017 : Trek J17 : De Dovan (2600 m) à Chomrong (2210 m)

Je suis réveillé depuis 5 h du matin grâce à nos voisins Népalais pas du tout discrets, musique à fond et cris. Je me lève ainsi de très bonne humeur, ou pas vers 6 h 30 puis prenons le petit déjeuner à
7 h pour un départ avancé vers 7 h 45. Nous descendons sur Bamboo (2 310 m) facilement en 40 minutes, s'enchaîne ensuite une remontée sur Sinuwa (2 360 m) où nous avons passé la nuit il y a deux jours. Une raide et longue descente d'escaliers nous re-plonge dans la Chomrong Khola. Et pour finir les jambes, il faut à nouveau gravir plus de 2 200 marches pour retrouver Chomrong à 2 210 m d'altitude. On commence à subir ces rudes sentiers qui s'enchaînent depuis 17 jours. La chaleur de retour n'arrange pas le tout. Check-post et nous voici à destination vers 11 h 20. Nous décidons de rester dormir ici pour profiter de la belle vue sur les montagnes depuis ce village. Ce sera surement demain matin car le ciel se couvre rapidement. Cette partie du massif accroche facilement les nuages étant la première vraie barrière naturelle montagneuse depuis les plaines. On remarque ici une végétation dense et humide jusqu'à plus de 3 200 m d'altitude. A la différence du versant opposé où nous étions une semaine auparavant à Manang protégé de la mousson, et de plus en plus aride lors qu'on s'enfonce vers le Mustang, le Dolpo puis le Tibet. Chaque vallée, chaque versant de l'Himalaya a ses caractéristiques et particularités, sa végétation propre, son climat, et sa culture. Tout est différent à quelques kilomètres près, c'est très enrichissant. Nous stoppons cette demie-journée de marche sur ce belvédère pour ce qui devrait être notre dernière nuit de trek à l'International Guest House perché au plus haut des marches. On anticipe toujours le départ du lendemain qui sera grandement facilité. Retour sur Pokhara prévu demain soir si tout se goupille bien, ça va être un choc... !

Lire la suite 0 commentaires

J24 : Samedi 14 octobre 2017 : Trek J18 : De Chomrong (2 210 m) à Siwar (1 500 m)

Nous prenons le petit déjeuner à 6 h 30 puis quittons le lodge à 7 h 15 sous une fine pluie, la première depuis le début du trek en journée. Une raide descente de 600 m de dénivelé en escaliers nous mène à Jhinu Danda à 1 780 m d'altitude. Puis nous poursuivons notre dégringolade jusqu'en fond de vallée à Samrung (1 575 m) où l'humidité et la chaleur deviennent envahissantes. Nous sommes de nouveau proche de la Modi Khola que nous alors désormais longer jusqu'à la fin de ce périple. Nous passons New Bridge où le sentier se sépare, sur le versant opposé en direction de Landruk et Phedi, et celui que nous allons suivre toujours en rive droite de la rivière vers Kyumi bien moins fréquenté. Nous passons au milieu de nouvelles cultures en terrasses, les habitations paraissent plus pauvres dans ce secteur. En 3 h 45 de marche nous voilà au bout de la piste carrossable à Siwar (1 500 m environ). Tout juste arrivés, nous nous voyons proposer une jeep à 3 000 Rs jusqu'à Nayapul (1 078 m) voir même Pokhara, mais nous déclinons en attendant d'en remplir une complète. Mais seulement 5 minutes plus tard, un vieux bus local à destination de Pokhara se présente, nous nous empressons de monter à bord pour à peine 350 Rs/personne. Tout s'enchaîne très vite, nous quittons déjà cette petite bourgade et rapidement l'état déplorable du bus et ses suspensions inexistantes se ressentent, se retrouvant encore une fois au fond du bus notre corps est mis à rude épreuve. Nous sautons dans tous les sens, il faut bien s'accrocher, mais c'est ça le vrai Népal, on apprécie toujours de plus belle nos routes et transports français lorsque l'on rentre de ces pays aux déplacements rudes. Nous atteignons tant bien que mal Nayapul en 1 h, puis sortons définitivement de l'Annapurna Conservation à Birethanti (1 025 m). Sans transition, nous retombons sur la "grande route asphaltée" reliant Baglung à Pokhara, mais doucement nous sommes toujours au Népal, le manège continu, le bitume n'es pas le goudron européen, c'est une bande étroite entrecoupée de passages non asphaltés aux nombreux nids de poules, mais nous circulons vite voire trop vite, comme j'aime le dire : "faut pas y craindre" ! Nous marquons une pause de 20 minutes parmi l'un des nombreux mini-commerces des bords de routes asiatiques pour que le chauffeur mange, et pour nous l'occasion d'en faire de même avec des petites boules goutteuses et bien relevées pour tout juste 80 Rs (pas de touristes ici). En avant pour la dernière ligne droite, nous apercevons par la fenêtre une vue plongeante sur Pokhara et son superbe lac, retour à la civilisation. A tout juste 14 h, nous arrivons à la gare routière de Baglung située à 2 km du centre. Nous enchaînons par un taxi à 350 rs jusqu'au quartier de Lakeside. Tout juste débarqués, je suis choqué du nombre de voyageurs, on voit la différence notre nombre a triplé en l'espace de 20 jours, impressionnant. Le ciel est quand à lui désormais dégagé et l'atmosphère bien moins humide, c'est désormais totalement la fin de la mousson. Nous marchons 10 minutes jusqu'à l'hôtel Nirvana où nous avions séjourné, et récupérons notre sac posé avant le trek pour être un peu plus léger. Héla, celui-ci est complet, une fois de plus nous sommes bien en pleine saison désormais. On poursuit donc quelques mètres, un second encore complet, puis juste en face ce sera finalement l'hôtel Golden Holiday où on crèchera. Nous nous empressons de poser les sacs, d'aller manger puis de profiter d'une agréable douche bien méritée. Repos quelques heures le temps d'atterrir de nos montagnes, les idées vagues, je plane, je ne réalise pas tout ce que nous avons découvert en ces 18 jours de trek merveilleux et éprouvants autour du massif des Annapurnas et du Dhaulagiri. 19h, à cette heure-ci nous étions déjà allongés durant le trek, changement de rythme, nous partons tranquillement pour un repas léger dans le centre désormais bondé de Lakeside.  Il fait 4°C de moins que fin septembre, une légère fraîcheur du soir bien appréciable même s'il fait encore bien trop chaud à mon goût au moindre effort où dans la chambre. Quel plaisir un coca bien frais à petit prix (85 Rs au lieu de 200 à 250 rs) et des wings de poulet quand même !

Lire la suite 0 commentaires

J25 : Dimanche 15 octobre 2017 : Pokhara (820 m)

Une grasse matinée bien agréable et une journée de repos au bord du lac Phewa à flâner dans les rues et s'imprégner de la vie locale.

 

Soirée apéro et cocktails parmi l'un des nombreux bars qui composent ce quartier pour fêter la fin de ce trek avec nombreux happy hour (ici un cocktail offert pour un acheté), vin rouge et bière, le luxe ! 

 

LES VACANCES !!!

Lire la suite 0 commentaires

J26 : Lundi 16 octobre 2017 : Pokhara et Lac Phewa

Nouvelle journée sous le signe du repos à s'imprégner de la vie locale.

 

Réservation du bus retour sur Katmandou fixé au mercredi 18 octobre à toujours 700 roupies népalaises par personne.

 

< Photo ci-contre : étale d'un marchand de fruits colorés.

Lire la suite 0 commentaires

J27 : Mardi 17 octobre 2017 : Pokhara & Pagode de la Paix

Petit déjeuner sur notre terrasse à l'occidentale pain et Nutella local achetés la veille. Départ vers 8 h 15 pour une belle boucle jusqu'à la Pagode de la Paix. Nous commençons par longer le Lac Phewa vers le Sud, puis nous traversons un pont suspendu au dessus de la Pardi Khola et suivons ensuite un petit sentier au milieu des rizières.
On attaque ensuite à grimper la colline sur des pistes au milieu des habitations et débouchons par le sud sur ce superbe point de vue depuis la Pagode de la Paix. On domine ce grand lac implanté au bord de Pokhara avec un panorama lointain qui s'étend jusqu'aux hauts sommets enneigés du massif des Annapurnas. La visibilité (pollution et nuages accrochés aux reliefs) est meilleure que les précédentes journées, en hiver celle-ci est complètement nette. Nous profitions un large moment autour de ce 360° puis nous descendons de ce point culminant par un chemin en escaliers plus direct face au lac Phewa dont les points de vues valent le détour. Après avoir traversé une forêt dense et naturelle, fort contraste à deux pas de la ville, nous atterrissons sur une petite plage d'où des bateliers nous font traverser le lac en petites barques traditionnelles via le temple hindou Varahi Mandir en une vingtaine de minutes. Tellement paisible ces instants sur l'eau douce (240 roupies). Nous voici d'un seul coup de retour en plein quartier bouillonnant de Lakeside et terminons ainsi cette sympathique boucle de 3 h. Ah j'allais oublier, nous avons marqué une pause pique-nique avec pain, fromage, bleu, Nutella et bananes trouvés dans une boutique, à la française, ça fait plaisir ! Retour à l'hôtel vers 13 h 30.

De nouveau doux et lourd cette après-midi, le ciel est plus dégagé que ces derniers jours, nombreux parapentes et deltas volent dans le ciel, un très bon spot. Repas du soir au Maya que nous recommandons vivement avec une superbe décoration tibétaine sur 3 étages dont un roof top très cosy et une cuisine raffinée pour un budget correct.

Lire la suite 0 commentaires

J28 : Mercredi 18 octobre 2017 : Trajet en bus de Pokhara à Katmandou

Nouveau réveil matinal à 6 h, 30 minutes plus tard nous quittons cet agréable hôtel où nous avons passé 4 nuits (1 500 rs X 4 = 6 000 rs la chambre double). Il faut à nouveau 30 minutes de marche pour rejoindre la gare de "bus touristiques" à Damside. Le ciel est totalement dégagé pour nous laisser profiter une dernière fois de cette vue majestueuse sur les hauts sommets himalayens du massif des Annapurnas dont nous avons entièrement fait le tour. Un beau cadeau pour notre départ de Pokhara, sans quoi je serais resté sur ma fin sans avoir eu cette vue parfaitement nette sur ces glaciers enneigés

Nous trouvons facilement notre bus parmi la vingtaine à destination de Katmandou. Pour 700 rs il s'avèrera très confortable, on ressent à peine les secousses. Il faut dire qu'après nos nombreux trajets sur des pistes défoncées à bord de vieux bus locaux on a l'impression d'être dans un 5*. Malgré une crevaison au bout d'une heure de route sinon ce n'est pas drôle, le trajet défile rapidement au milieu de superbes paysages, cultures et habitations des plus pauvres aux plus riches le long de la chaine du Mahabharat. Nous marquons comme d'habitude une pause de 20 minutes dans un restau local en bord de route où l'on peut manger une assiette à volonté parmi un buffet appétissant pour tout juste 300 roupies !! Toujours plaisant d'être à l'écart des restaurants pour touristes. Vers 15 h, nous atteignons la fameuse montée finale embouteillée qui débouche en 2 h de pare-choc contre pare-choc à la capitale Népalaise. La circulation est encore plus dense en raison de grandes fêtes durant ces trois prochains jours. Habitations et commerces sont ornés de nombreuses lumières.
Les chiens sont rois aujourd'hui et armés de colliers multicolores. Nous sommes déposés au Sud de Thamel et nous décidons à la dernière minute de changer de plan en rejoignant directement Bodnath un quartier plus calme, moins touristique, plus local et donc moins cher pour y séjourner plusieurs jours et rayonner autour. La course en taxi nous coûte par contre 1 000 roupies comme il est déjà tard et que nous sommes un jour de fête... Il nous mène en 1 h à ce lieu qui va m'éblouir ! Déposés, nous découvrons de nuit au milieu de centaine de pèlerins cette impressionnante et plus grande stupa d'Asie : WAHOUUU !! Sans mots, nos yeux brillent sous les milliers de lumières et bougies. Il faut tout de même se mettre à la recherche d'un hôtel, après plusieurs tentatives certains étant largement au dessus de notre budget (2 500 à 4 000 rs) nous dégotons le Lotus Guest House mentionnée dans le Lonely Planet au bout d'une rue calme sans issue, à deux pas de la stupa. Les chambres sont réparties autour d'un jardin planté d'oeillets, très serein. Aussitôt installés, nous ressortons manger en tombant sur le Double Dorjee Restaurant également mention dans le Lonely Planet. Une excellente cuisine tibétaine aux prix imbattables, nous en avons pour à peine 500 rs à deux. Canapés douillets mêlant boudhistes et touristes sur les seulement 5 petites tables que comprend ce lieu hors du temps. Pour digérer et surtout par impatience, nous faisons une première fois le tour de cette stupa de Bodnath au calme histoire de rêver face à cet imposant édifice avant d'aller se reposer après ce long trajet en bus.
Encore une journée 100% dépaysement, nos yeux et nos têtes sont tellement remplis d'images... C'est ça le VOYAGE, on passe d'un extrême à l'autre avec 100 % d'action !!!
BONNE NUIT !

Lire la suite 0 commentaires

J29 : Jeudi 19 octobre 2017 : Bodnath & Pashupatinath

Lever tranquillement vers 8 h et direction cette fameuse Stupa de Bodnath à deux pas de notre Lotus Guest House. Nous nous posons pour le petit déjeuner en terrasse face à cet impressionnant édifice grouillant de monde et de pèlerins en pleine journée. Cette plus grande stupa d'Asie palpite littéralement de vie avec ces centaines de pèlerins qui se rassemblent tous les jours pour accomplir la kora (circunambulation rituelle). Il est impressionnant de voir cette foule tournant dans le sens des aiguilles d'une montre autour du dôme sous les yeux vigilants du Bouddha qui les observe depuis la tour centrale dorée. Ici la culture tibétaine s'exprime sans entraves et se fait bien ressentir, le son, les odeurs, les visages, les tenues, les décorations sont omniprésentes. Nous sillonnons également les ruelles qui l'entourent, jalonnées de monastères, d'ateliers fabriquant des lampes à beurre, des trompes cérémonielles, des tambours, des coiffes de moines et autres objets essentiels à la vie des bouddhistes tibétains. Nous passons ensuite par le She Chen Gompa, un ensemble religieux accueillant une communauté de plus de 300 moines avec une salle de prières principale qui contient des fresques réalisées par des artistes du Bouthan. En fin de matinée, nous décidons de nous rendre à pied de Bodnath à Pashupatinath et ainsi s'imprégner de la vie locale tout en économisant en plus un trajet en taxi (autour des 400 rs). Face à la Porte de Bodnath (Bodnath Gate) au sud de la stupa, nous traversons la grande route très animée du même nom. Nous poursuivons toujours sur la même rue au milieu de la vie des faubourgs de Katmandou entre petits champs, habitations et petits commerces. En bas de celle-ci, nous tournons sur la gauche pour déboucher sur la rivière Bagmati que nous traversons via une passerelle. On grimpe ensuite le long du temple de Guhyeshwari (interdit aux non-hindous) mais du chemin nous pouvons observer les gigantesques serpents dorés qui soutiennent le faîtage. La berge devant le temple est ponctuée de sanctuaires dédiés à Shiva et de socles octogonaux destinés aux bains rituels. On s'élève enfin dans le parc aux daims de Mrigasthali où de nombreux singes occupent les lieux. Au sommet de la colline, le temple de Gorakhnath au sikkara rouge et blanc. Il est dédié à un gogi du XIe siècle qui fonda la tradition Shivaïte et créa le hatha yoga. Il se mêle dans ce lieu nature et tradition. Nous sommes entourés d'une forêt, d'un grand ensemble de sanctuaires dédiés aux lingam de Shiva. Il y en a plus de 50 d'une diversité architecturale étonnante, mêlés aux nombreux singes qui s'y accrochent. Nous mangeons local au milieu de ce décors pour tout juste 320 rs à deux (1 plat local chacun + 1 assiette de frites). Puis vient le moment de descendre les marches menant au Pashupatinath qui se dévoile via un beau point de vue sur la droite au milieu des sanctuaires de Shiva. Pause contemplation face à celui-ci et au Ghat de crémation. Nous assistons à de nombreuses funérailles sur cette rivière hautement sacrée et pourtant la bagmati est noire et polluée. C'est l'équivalent népalais de Varanasi Bénarès en Inde au bord du Gange. Après cette halte à s'imprégner de l'atmosphère, nous poursuivons jusqu'en bas des marches puis traversons la Bagmati par deux ponts surplombants le Ghat de crémation. Les odeurs sont omniprésentes au milieu des fidèles et sadhus. Ce temple de Pashupatinath, haut lieu de culte hindou et bouddhique n'es pas autorisé aux touristes que nous sommes, surement une bonne chose. Mais il se laisse bien entre-apercevoir depuis la grande porte ouest. Les fidèles et sadhus viennent de tout le sous-continent Indien et nombre de népalais choisissent de se faire incinérer sur les rives de la Bagmati. Même les rois du Népal venaient ici obtenir la bénédiction de Pashupati. Ailleurs dans le pays on honore Shiva sous sa forme terrible, celle de Bhairab le destructeur. Mais ici, c'est en tant que Pashupati le maitre du troupeau paisible et bienveillant qu'il est vénéré. Après ces moments intenses à observer ces rituels, nous repartons des images plein la tête. Retour à pied en faisant le tour par l'Ouest puis le Nord du site et retrouver ainsi le même chemin qu'à l'aller. Nous voici de retour en 30 minutes à Bodnath. Face à cette stupa on se sent obligé une nouvelle fois d'en faire le tour et nous montons également sur sa partie supérieure du socle qui permet encore mieux d'observer le flot des pèlerins qui défilent autour du monument. Certains se prosternent de tout leur long sur le sol. Wahou, on est encore sous le charme des lieux. Retour vers 16 h à la guest house où un peu de repos ne fait pas de mal dans cette ville brouillonnante. Pour les fêtes religieuses, ce soir spectacle grandiose de lumières où bâtiments et stupa sont décorées de nombreuses guirlandes lumineuses, une ambiance féérique dont nous allons pouvoir profiter depuis une terrasse panoramique d'un restaurant typique tibétain. Repas avec vue 5* pour tout juste 880 rs à deux (boulettes de buffles relevé + patates + dessert + plats de Karine).

Lire la suite 0 commentaires

J30 : Vendredi 20 octobre 2017 : Katmandou - Temple de Gokarna Mahadev & Monastère de Kopan

Vers 9h nous prenons un taxi négocié à 500 rs pour relier Bodnath au temple Gokarna Mahadev en 20 minutes. Il faut descendre quelques marches pour apercevoir cet édifice dédié à Shiva en tant que Mahadeva (le grand dieu). En forme de pagode à 3 niveaux, il est un bel exemple d'architecture newar. Il est composé de magnifiques sculptures de pierres dont certaines datent de plus de 1 000 ans. Nous quittons ce site à pied par une agréable randonnée qui débute par un chemin face au temple à droite d'une série de 4 statues en bord de route. Il grimpe ensuite à côté du "Sahayogi Multiple College" puis suit une route peu fréquentée sur le flanc d'une superbe colline couverte de pins. Quel contraste à deux pas de la ville, paisible ! On bifurque à gauche via un sympathique sentier offrant des points de vues uniques sur la vallée de Katmandou. Il ne reste plus qu'à suivre en visu le temple de Kopan perché en haut de la colline. Tout ceci en 45 minutes de marche, loin de la circulation intense de la capitale, un bon plan ! Kopan fut fondé par le lama Thubten Yeshe , aujourd'hui beaucoup de visiteurs viennent ici étudier la philosophie bouddhiste. Il possède un superbe jardin avec deux grands chortens de toute beauté avec en arrière plan à 360° la capitale grouillante qui parait loin et pourtant si proche. Nous revenons, toujours à pied, en descendant sa route d'accès puis en tirant plein Sud, sans se perdre nous débouchons rapidement et à notre grande surprise sur la stupa de Bodnath en tout juste 30 minutes. Une belle matinée tout de même assez éprouvante par la chaleur et la marche en pleine ville. Il est 13h, nous retournons au Double Dorjee Restaurant tellement nous avons appréciés son ambiance, sa nourriture et ses prix (nous mangeons pour 600 rs à deux). Petit plaisir dans un commerce en sortant, un brownie à 75 rs, la base, puis repos à la Guest House, c'est les vacances tout de même !

Une dernière soirée toujours aussi magique face à cette plus grande stupa d'Asie, on ne s'en lasse pas, nous profitons jusqu'au bout de cette grandeur qu'on gardera longtemps en mémoire.

Lire la suite 0 commentaires

J31 : Samedi 21 octobre 2017 : Katmandou - Swayambhunath - Thamel

Dernière matinée autour de cette magique stupa de Bodnath. 11 h, nous empruntons un taxi à 400 rs pour rejoindre Thamel en 30 minutes. Nous nous faisons déposer au nord sur Paknajol, quartier à l'écart de la circulation dans le secteur Sorakhutte à tout juste 3 minutes à pied du centre de Thamel. Une situation parfaite pour ces 4 dernières nuits de ce voyage. Notre 1er choix sera le bon pour un petit budget de 800 rs par nuit au Tibet Peace Guest House. Doté d'un sympathique jardin et d'un restaurant avec différentes chambres aux prix variables : de 800 rs à 1 000 rs au 1er étage et 1 200 rs avec balcon. Nous choisissons le 1er prix avec salle de bain privée. Repas de midi dans Thamel puis départ pour 30 minutes de marche jusqu'au temple de Swayambhunath. Nous descendons par Paknajol puis Chhetrapati Chowk puis bifurquons à droite avant de traverser la rivière Vishnumati. De l'autre côté, nous empruntons un escalier qui mène au temple de Bijeshwari doté d'une cour fermée et de décorations peintes magnifiques. La grande stupa finit par se dévoiler, il ne reste alors qu'à poursuivre droit sur elle jusqu'aux pieds des escaliers qui la protège. Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, ce temple bouddhique restera un moment fort de ce voyage. L'escalier de pierre abrupt qui gravit le flanc Est de la colline offre une approche spectaculaire et est flanqué de nombreuses statues. De nombreux macaques rhésus sont de nouveaux de la partie, certains s'amusent même à descendre en glissant le long des rampes. Après les statues du bouddha vivement colorées au pied de la colline, les marches grimpent au travers d'une série de Chaitya et de bas reliefs. Au sommet, nous débouchons sur cette grandeur aux proportions harmonieuses, elle semble l'incarnation de la perfection divine sous son dôme blanchi à la chaux et sa flèche étincelante. Après plus de deux heures à explorer cette stupa magique et à profiter d'un panorama à 360° sur Katmandou, nous redescendons par les escaliers Ouest qui rejoignent une plus petite stupa. Nous montons derrière un gompa entouré de gîtes pour pèlerins qui est un important sanctuaire dédié à Saraswati, la déesse du savoir. Nous contournons la colline via la Kora (circuit de pèlerinage) en passant devant une impressionnante série de mani dung khor (moulins à prières démesurément hauts), de chortens géants et de chapelles bouddhiques. Nous revenons enfin sur nos pas jusqu'à Thamel vers 17 h. Repas dans un restaurant local de bonne qualité, ma première pièce de viande depuis le début du voyage : un beeftsteak sauce au poivre avec ses frites et légumes, un régal pour 495 rs (930 à deux).

Lire la suite 0 commentaires

J32 : Dimanche 22 octobre 2017 : Katmandou - Patan - Thamel

Petit déjeuner à la guest house de qualité comme souvent : toasts, confiture, oeufs, patates et thé, puis départ vers 9 h. Trajet en taxi de 500 rs vers l'ancienne cité-état de Patan. Nous sommes déposés à Patan Dhoka (porte de la ville). De là débute une belle ballade d'un kilomètre jusqu'au Durbar Square. Notons que Patan est encore souvent appelé par son nom Sanskrit : Lalitpur qui signifie cité de beauté. Nous commençons par rencontrer un joli sanctuaire de Ganesh à deux niveaux, puis en tournant sur la droite nous passons par Sulina Square. Nous pouvons ensuite observer de superbes fenêtres sculptées en bois typiquement local avant d'arriver sur une vaste place à Nakabhil.  On enchaîne par la cour bouddhiste du Nyakhuchowk Bahal puis par d'étroites ruelles où il faut régulièrement baisser la tête jusqu'à atteindre une autre cour remplie de Chaitya, la Naga Bahal. Après une statue hindoue d'un taureau entourée de moulins à prières, on gagne la cour Ilamani. Nous voici devant le Temple d'Or, totalement épargné par le séisme de 2015. Nous nous acquittons des 50 rs pour entrer dans ce monastère bouddhique unique en son genre, parmi les plus beaux de Patan. Il doit son nom aux plaques de métal dorées qui couvrent une grande partie de sa façade. Le spectacle en rentrant par ses petites portes en bois est saisissant. On en sort du coté Est pour tomber sur la rue principale qu'on suit vers le Nord en passant à côté de mégalithes (les plus anciens objets cultes de Katmandou) jusqu'au temple de Kumbeshwar. Il est l'un des trois temples à 5 niveaux de la vallée. Orné de quelques sculptures sur bois raffinées, ce temple domine de toute sa taille les habitations alentours. Une grande statue de Nandi et un lingam placé au centre montrent qu'il est dédié à Shiva. Ensuite nous prenons la direction du Sud jusqu'à Durbar Square via une rue bordée de sanctuaires dédiés à des incarnations de Vishnu : un temple de Krishna dans le style de l'Inde du Nord et un temple d'Uma Maheshwar à deux niveaux. Juste avant d'y arriver, se dresse le temple de Rada Krishna en forme de pagode, et le temple de Narayan qui porte des traces du séisme. Nous traversons tranquillement cette superbe place royale dotée d'une importante concentration de temples qui forme ce qui pourrait être le plus saisissant ensemble d'architecture newar du Népal. Hélas, les secousses du séisme ont réduit à des tas de gravas de nombreux édifices dont l'emblématique temple de Jayannarayan, les échafaudages sont nombreux ce qui en gâche un peu le charme. Ce n'es plus 500 mais 1 000 rs pour les tickets d'accès à se procurer aux différentes billetteries (soit quand même 8 €). Sans être "voleurs" nous observons ces édifices en plein coeur de Durbar Square sans que personne ne nous demande quelque chose, nous poursuivons ainsi. Nous nous rendons à présent vers Pulchowk pour y manger dans un restaurant orienté plutôt pour les expatriés, une bonne expérience. Nous tombons étrangement en début d'après-midi sur un tout récent centre commercial "haut de gamme" à l'occidentale doté de 4 étages accessibles en ascenseurs panoramiques ou escaliers roulants. Nous y trouvons des boutiques de grandes marques comme Timberland, et des restaurants et fast food branchés. Un lieu plus propre et plus confortable que l'aéroport international du Népal... Mais où sont les priorités dans ce pays où finalement tout est possible. On se rend compte que l'on est bien dans un quartier fréquenté d'employés des ONG et des diplomates. Dès que nous sortons de ce lieu à l'influence internationale, pas plus de 5 mètres pour retrouver la vraie réalité des vendeurs de rue, des commerces préparant la nourriture entouré de 4 murs en tôle, le Népal quoi ! Retour en taxi jusqu'à Thamel toujours pour 500 roupies. Repas du soir toujours excellent dans un autre restaurant du coin pour tout juste 800 rs à deux, encore une bonne trouvaille. On a rarement été déçu niveau nourriture en cherchant un peu du local à petits prix (les prix modérés sont souvent mieux que le haut de gamme qui est rarement bien réussi avec un long service et des notes de service de 10 à 13% pour au final moins de quantité et de qualité).

Lire la suite 0 commentaires

J33 : Lundi 23 octobre 2017 : Katmandou - Bhaktapur - Thamel

Départ du lodge vers 7 h 45, nous traversons Thamel à pied, puis longeons Kantipath qui se réveille doucement pour rejoindre l'arrêt de bus locaux de Bagh Bazar en 30 minutes. Tout juste arrivés au petit panneau "Bus Stop Bhaktapur",  je questionne le 1er bus qui est sur le point de partir et grimpons dans la foulée grâce aux dernières places assises au fond du bus (comme souvent jusqu'à présent). Tout s'enchaîne facilement et rapidement, nous voici en route pour 1 h de trajet en bus local pour la modique somme de 25 roupies par personne (soit tout juste 20 centimes d'euros). Un très bon plan que nous avons manqué de rater en choisissant plutôt un taxi où le prix s'élève quand à lui de 1 500 à 2 000 roupies (15 €). Certes ces bus marquent quelques arrêts, mais ceux-ci sont relativement courts, les aides-chauffeurs sont très efficaces en criant le nom de la destination depuis la porte du bus qui reste ouverte et fait grimper rapidement les clients. Nous sommes déposés à la porte de la ville au Nord de Bhaktapur vers 9 h 15, bien plus tôt que nous l'avions pensé. Parfait pour cette grosse journée consacrée à
la 3 ème des cités-états médiévales de la vallée de Katmandou au patrimoine culturel riche. Celle-ci est parfois encore nommée Khwo qui signifie "cité des dévots" en Newari, un nom qui convient parfaitement à Bhaktapur. Nous rencontrons tout de suite à l'entrée d'une rue menant au Sud vers le centre sur l'une des nombreuses billetterie-contrôle où il faut débourser 1 500 rs pour l'accès. Nous passons par un sanctuaire de Ganesh multicolore où l'on honore le dieu sous la forme d'un rocher évoquant une tête d'éléphant puis découvrons le fameux Durbar Square. Celui-ci est malgré tout bien conservé ou en cours de restructuration suite au séisme de 2015. L'arrivée sur ces nombreux temples est forte en émotions pourtant les désastreux tremblements de terre de 1934 ou 2015 ont fait disparaitre de nombreux édifices ne laissant parfois que des plateformes en briques vides ou des lions gardant des escaliers conduisant à nulle part. Nous sommes rapidement sollicités par des guides indépendants parfois lourds et insistants mais nous refusons. Face à nous se dresse le Temple de Vatsala Durga entouré de la colonne du roi Bhupatindra Malla, de la cloche de Taleju installé en 1737 pour sonner les prières du matin et du soir, et de la splendide Porte d'Or qui fait partie des pièces maîtresses de Durbar Square dans l'alignement de l'impressionnant Palais aux 55 fenêtres nommé ainsi pour les ouvertures en bois ouvragées qui rythme son étage supérieur. Nous franchissons cette mythique porte gardée logée dans un corps de garde rouge entouré par les murs blanc d'un palais, cette merveille s'orne de l'un des plus beaux exemples de l'orfèvrerie népalaise en matière de métal repoussé. Nous rentrons dans une cour intérieure du palais royal, un ensemble autrefois impressionnant jusqu'à ce que le séisme de 1934 ne rase la plupart de ces 99 cours. Nous franchissons une seconde porte intérieure avec deux énormes tambours de guerre qui servaient à prévenir la ville en cas d'attaque, puis nous passons deux statues de gardes en habits traditionnels qui se dressent de part et d'autre d'une porte richement décorée provenant du Rajasthan. On arrive enfin devant l'entrée principale de Nul Chowk, partie la plus ancienne du palais et site du temple de Taleju (seuls les hindous peuvent y pénétrer), suit un bassin utilisé pour l'immersion rituelle de l'effigie de Taleju. Nous ressortons de ce lieu incontournable et continuons à contempler à leur tour les temples du Char Cham, de Badrinath, de Rameskwar, tous différents les unes des autres. Une jolie ruelle nous mène ensuite à Taumadhi Tole, une place qui sera également un moment fort de ce voyage avec le temple de Nyatapola doté de 5 niveaux culminant à plus de 30 m, c'est le plus haut du pays et l'un des bâtiments les plus élevés de la vallée de Katmandou. Construit en 1702 avec des proportions parfaites, on y accède par un raide escalier flanqué de gardiens en pierre (éléphants, lions, griffons...) et avec à leurs pieds les légendaires lutteurs rajpoutes Jayamel et Phattu. Juste à coté de ce dernier, se dresse le temple de Bhairabnath caractérisé par sa large façade et son triple toit dédié à Bhairab l'incarnation terrible de Shiva. 3 ème temple de cette place, caché derrière des bâtiments au Sud, le Til Mahadev Narayan qui, minuscule par rapport aux deux précédents est un important lieu de pèlerinage, et l'un des plus anciens sanctuaires de la ville. Nous marquons notre pause repas au Sunny Guest House idéalement placé au Nord de Taumadhi Tole où nous profitons d'une incroyable vue plongeante et si proche sur ces édifices et ainsi s'imprégner des lieux. 1 h plus tard, rien de mieux qu'un belle marche à travers la ville pour en poursuivre sa découverte vers l'Est via Golmadhi, Sri Indra Varna Mahavihar, un temple de Vishnu et de superbes ruelles étroites et sculptées. Nous atteignons Tachupal Tole. Celle-ci fut la première grande place de Bhaktapur et le siège de la royauté jusqu'à la fin du XVI ème siècle. Se dresse le temple de Dattatreya à 3 niveaux et le Bhimsen à 2 niveaux. Tout cela est bordé de magnifiques bâtiments en brique et bois qui étaient à l'origine des math (demeures de prêtres hindous) dont la fameuse fenêtre du Paon du XV ème siècle répertoriée la plus remarquable fenêtre sculptée de la vallée. Nous finissons cette boucle au coeur de la vie locale où encore de nombreux bâtiments sont en reconstructions. Rappelons qu'ici des centaines de personnes ont perdu la vie en 2015 et les séismes en ont laissé encore un plus grand nombre sans abri. Avec ces ruelles tortueuses et ces bâtiments en briques, Bhaktapur était particulièrement vulnérable aux tremblements de terre, les gravas y sont fréquents. La reconstruction prendra encore de nombreuses années. Pour fêter la fin de cette nouvelle journée découverte, nous goûtons le fameux yaourt "Juju Dhau" (Roi des yaourts) qui est le plus riche et le plus crémeux du monde. Nous choisissons un petit établissement en bord de route pour le déguster, plus local que dans les restos à touristes et à 35 rs au lieu de plus de 100 rs. Ils sont reconnaissables aux bols de yaourt dessinés en devanture. Nous ne sommes vraiment pas déçu, succulent avant de grimper à nouveau dans un bus local pour le retour sur Katmandou en 1 h. Voilà encore une journée de 8 h plus que très remplie avec une nouvelle fois des images plein la tête, des visages, des saveurs et une bonne fatigue qui se comprend.

Lire la suite 0 commentaires

J34 : Lundi 24 octobre 2017 : Katmandou - Thamel

Dernière journée de ce périple incroyable, nous profitons pleinement de ces derniers instants au Népal. Une journée consacrée aux habituels souvenirs, à errer dans les rues de Thamel et se gaver des saveurs culinaires locales. Depuis deux jours et pour la première fois de l'histoire, la municipalité de la ville tente de rendre piéton les 3 grandes rues du quartier de Thamel. Les locaux semblent perdus devant les panneaux affichant cette restriction surveillés par des policiers. C'est vraiment agréable de pouvoir marcher sans risque de se faire heurter, sans bruits de Klaxon permanents et surtout sans cette odeur de pots d'échappement. Ce n'est pas une habitude pour les népalais, peut-être vont t-ils reprendre goût à marcher pour limiter cette pollution. Katmandou fait hélas partie du podium des villes les plus polluées au monde. C'est une agréable journée à profiter à fond de l'instant présent tout en étant déjà nostalgique de tout ce qu'on a découvert et vécu durant ce long mois d'aventure à travers l'Himalaya passant par des zones tellement reculées et loin de la vie de Katmandou et encore plus loin de notre modèle de vie occidental.

Lire la suite 0 commentaires

J35 : Mercredi 25 octobre 2017 : Vols retour Katmandou (Népal) > Doha (Qatar)

Dernier réveil au Népal, petit déjeuner à la Guest house, dernière petite marche dans Thamel, je me rends bien compte que ce nouveau voyage prend désormais fin. Dernier repas, on échange quelques roupies en euros puis sur les coups de 13 h 30, direction l'aéroport en taxi pour 600 roupies (500 rs 1 h plus tôt). La circulation est à nouveau très dense, c'est effectivement la fin des vacances et des fêtes. Il faisait bien frais ce matin, tout juste 15 ° C, ça change du début du voyage fin octobre où il faisait abondamment chaud et humide en fin de mousson (plus de 35° C). Nous tombons sur un sympathique chauffeur bavard. Apparemment la température atteint régulièrement les 3° C au mois de janvier, quel contraste thermique (0° C en hiver et jusqu'à plus de 40° C en été). Les montagnes sont blanches dès les hauteurs au dessus de Katmandou, l'ambiance doit être bien différente et valoir le détour ! Nous voilà à 14 h 15 à l'aéroport International Tribhuvan, le seul international du pays. Il est sur-fréquenté par sa petite capacité. Nous patientons 30 minutes dans l'avion avant de décoller dû au fort trafic, comme à l'aller où nous avions tourné en rond pendant 1 h dans les airs. La seule piste ne suffit plus pour les nombreux vols à l'arrivée et au départ, nationaux et internationaux... Décollage à 17 h 30 pour
5 h de vol vers Doha avec Qatar Airways.

Lire la suite 0 commentaires

J36 : Jeudi 26 octobre 2017 : Vol retour Doha (Qatar) > Paris

Longue attente de 6 h en transit à Doha (Qatar) avec un choc pour nos organismes dans ce dur retour à la civilisation et directement haut de gamme ici...
Arrivée à Paris pas facile > RER jusqu'à la gare de Lyon avec une longue attente pas très sympathique dans ce retour à la réalité au milieu de cette vie parisienne > TGV jusqu'à Grenoble.

La fin d'une nouvelle aventure qui ne devrait jamais prendre fin...

 

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'infos.
Ce récit à été écrit à chaud, chaque soir sur place. Il serait encore différent écrit avec du recul.

 

> Suivez-nous sur notre page Facebook 

> Site officiel de l'aéroport international Hamad à Doha

Lire la suite 0 commentaires