Rando : Pic de Bure en boucle depuis les Sauvas (Dévoluy)

Ciel dégagé au petit matinDimanche 24 mai 2015

Boucle au départ des Sauvas (1360 m), montée par la Combe d'Aurouze puis descente par l'observatoire IRAM et la Combe de Mai

 

Nous quittons le parking situé au bout de la route forestière des Sauvas (1360 m) à 8 h 30. Le ciel est totalement dégagé, le soleil nous chauffe rapidement. 1 h de marche plus tard, nous passons à la Fontaine du Vallon (1806 m), quelques bouquetins se dressent au loin. Quelques nuages commencent à accrocher les sommets, espérons que la météo ne se dégrade pas trop.
De là, nous bifurquons sur notre droite dans la combe d'Aurouze. Le sentier grimpe sur un immense pierrier plutôt stable, puis par une série de bancs rocheux assez raides appelés "les marches". Nous rencontrons ensuite les premiers névés à traverser, le pied doit rester vigilant sur cette neige dure, la zippette est interdite, certains chaussent même les crampons. Nous poursuivons par un vallon minéral avant de déboucher sur le plateau de Bure en plein brouillard. Deux personnes font demi-tour juste devant nous, pour notre part nous préférons continuer jusqu'au sommet que nous atteignons vingt minutes plus tard. Nous voilà au Pic de Bure (2709 m) en 3 h de marche. Le panorama à 360° n'est hélas pas pour aujourd'hui, la visibilité est réduite à quelques mètres... Nous cassons la croûte au sommet en espérant qu'une éclaircie se dessine, en vain... 

Nous retournons sur nos pas, et abandonnons notre idée de descendre par le Pré de la Pare pour rendre visite au chourum et sa grotte de glace (frontale et matériel dans notre sac). Et poursuivons vers le fameux Observatoire IRAM du Plateau de Bure en 20 minutes. Le brouillard rend une ambiance particulière sur cet immense plateau (prudence en ne s'éloignant pas des points de repères). Ces immenses paraboles sont impressionnantes, le brouillard les rend sur-réalistes. Un fort bruit lorsque celles-ci tournent !

Nous regagnons la vallée par l'immenses pierrier de la Combe de Mai qui nous permet de perdre rapidement de l'altitude, et revenons à la voiture en 1 h 45 de descente.
Superbe randonnée à refaire par sa variante pour visiter la rivière gelée et surtout profiter du panorama sommital par beau temps !

> L'album photos complet en HD

Difficulté : assez long et soutenu, présence de névés en mai.

Dénivelé : 1 400 m
Durée : 3 h de montée (4 h sur le topo) / 1 h 45 de descente (2 h 30 sur le topo)

Vue sur les sommets

Observatoire du Plateau de Bure



Le plateau lunaire de Bure est unique dans les Alpes françaises. Perché entre 2 500 et 2 709 mètres, il est défendu par des falaises déchiquetées. Les bergers, chasseurs ou randonneurs ont tracé quelques sentiers dans les combes qui les entaillent ou imaginé des passages plus sportifs, voire aventureux.


Perché à 2550 m. d’altitude, le plateau de Bure abrite un observatoire qui capte les ondes radio.

Là se dressent six immenses « tournesols de métal » sortis tout droit d’un film de science fiction.

Ces cinq antennes de quinze mètres de diamètre appartiennent à l’observatoire du Pic de Bure, édifié par l’IRAM (Institut de Radio Astronomie Millimétrique) en 1977 et opérationnel depuis 1981. 

+ d'infos

Les premiers nuages accrochent les sommets

Quelques névés à traverser

Table d'orientation

Combe d'Arouze, "Les Marches"

Arrivée au sommet

Le Pic de Bure (2709 m)


Observatoire du Plateau de Bure

Écrire commentaire

Commentaires : 0