Lundi 13 octobre 2014 : Jour 23 : Arequipa

Après une vraie nuit reposante, nous nous levons tranquillement vers 7 h et prenons notre petit déjeuner sur la terrasse panoramique de l'hôtel, face à l'Alliance française et au Volcan Misti (5 822 m).

Nous consacrons la matinée à la visite du fameux Monastère Santa Catalina (entrée 35 soles/personne). C'est en 1570, à peine 40 ans après l'arrivée des premiers espagnols à Arequipa, qu'est fondé ce monastère. Dès le début, des femmes d'origines sociales diverses entrent au couvent pour devenir des religieuses de clôture qui abandonnent à jamais leurs familles. Construit en tuf de lave,

c'est le monument qui exprime au mieux l'architecture coloniale d'Arequipa, la ville blanche. Les mouvements sismiques qui affectent en permanence la zone sont à l'origine de modifications dans la structure même de l'édifice aux allures si caractéristiques de citadelle. Les religieuses ont construites leurs cellules pour mener une vie de clôture isolée de la ville toute proche, par un imposant mur d'enceinte. Derrière ces hautes murailles épaisses, se trouvent des formes architecturales qui constituent un très bel échantillon du métissage d'éléments espagnols et indiens. Cet espace, qui se trouve au centre de la ville historiques a été restauré  à plusieurs reprises suite à des tremblements de terre en 1958 et 1960. Le dernier en date dans la région est en 2001. C'est ici qu'a vécu Soeur Ana de Los Angeles Monteagudo, qui fut prieure du monastère où elle mourut en 1686. Elle fut béatifiée par le Pape Jean-Paul II en 1985. Object d'une dévotion populaire, on lui attribue d'innombrables miracles et prédictions. Au coeur du monastère, on peut toujours voir sa cellule et les ustensiles qu'elle utilisait au quotidien. Cette ville dans la ville de 20 000m2 est composée de trois cloîtres principaux, et de quelques ruelles. L'Arche Silencios débouche sur le Cloître des novices, après celui-ci, les futures religieuses ne devaient plus prononcer un mot et consacrer leur vie au travail et à la prière. Après 4 ans de noviciat, les familles devaient payer une dot annuelle de 100 pièces d'or, elles pouvaient prononcer leurs voeux ou choisir de quitter le couvent, au risque de déshonorer leurs familles. Après ceci, elles passaient dans le Cloître des orangers qui symbolise le renouveau et la vie éternelle. La visite se poursuit par un insolite quartier d'habitations aux maison basses acre-rouge, couvertes de tuiles patinées. Ici, de véritables rues se dessinent, portant des noms de villes espagnoles (Séville, Grenade...), suit un immense lavoir en plein air et de grandes cuisines communes assombries par des siècles de fumées. On enchaîne par la Place Zocodober et sa superbe fontaine où se trouve "bains-douches". On termine par le réfectoire, ouvrant sur le Cloître Majeur, très fleuri et orné de fresques contant la vie du Christ et de la Vierge. Là, se dresse l'église composée de tous petits confessionnaux.  

Plus d'infos sur le monastère : www.santacatalina.org.pe

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa - Couvent Ste Cécile


C'est ainsi que durant 4 siècles, quelque 170 nonnes et leurs 300 servantes y vécurent à l'abri de tous les regards et interventions extérieures. Plus de 2 h de visite, ça vaut le détour, une incroyable histoire !

Nous allons ensuite manger derrière la Cathédrale à l'Inkari Pub Pizzeria (qui figure d'ailleurs dans le Lonely Planet).

 

Arequipa, perché à 2 350 m est composée de 864 300 habitants et possède également sa Plaza de Armas, très grande et toujours bondée. Elle est entourée de bâtiments blancs aux imposants balcons à la colonnade, et de la plus grande cathédrale du pays avec ses deux hautes tours. Elle fait partie des moins de 100 basiliques dans le monde à pouvoir déployer le drapeau du Vatican. Construite en 1656, elle fut ravagée par un incendie en 1844, reconstruite, elle fut de nouveau ravagée par un séisme en 1868, puis encore abîmée en 2001.

Les habitants d'Arequipa disent volontiers : "La lune a oubliée d'emporter la ville quand elle s'est séparée de la Terre" pour expliquer la blanche pureté de leur cité. Moderne, historique, culturel, dynamique, veillée par l'élégant Volcan Misti aux faux airs de Mont Fuji.

Le centre historique est classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis l'an 2000.

Attention, toutefois dans cette ville qui semble paisible, au phénomène de faux taxis qui s'y est développé, ainsi que dans le sud du centre-ville où la prostitution et les agressions s'y développent la nuit.

Nous réservons le bus pour le retour sur Lima avec Cruz del Sur, 150 soles par personne en bus cama, en espérant ne pas subir une attaque de bus, comme cela s'est produit sur des français rencontrés durant le périple.

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa

Arequipa

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa

Arequipa - Couvent Ste Cécile

Arequipa


Arequipa

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Marcel Niccum (lundi, 23 janvier 2017 02:47)


    Hi everyone, it's my first go to see at this site, and paragraph is genuinely fruitful in support of me, keep up posting these articles or reviews.