Jeudi 25 Septembre 2014 : Jour 5 : Salinas et Moray

Pour se rendre sur le site de Moray puis des Salinas, le plus simple est d'opter pour un voyage organisé à la journée, du fait de l'accès difficile, lointain et par des pistes.

Nous quittons donc Cuzco en minibus de touristes pour 25 soles par personnes à 9 h. 1 h 30 de route plus tard, après une pause "touriste" de présentation de couture des habits traditionnels, nous arrivons à Moray.

On vient admirer ici l'ingénieux système de terrasses Incas en amphithéâtre,  découvert en 1930, et creusé dans trois petits cirques naturels. Différents niveaux de terrasses concentriques sont taillés dans une vaste cuvette où chaque palier semble jouir de son propre micro-climat. On le sent bien, plus on descend, puis il fait chaud et plus on est à l'abri du vent. Les Incas les auraient utilisés comme laboratoire afin de déterminer les conditions optimales pour chaque type de culture.

Ce site est également compris dans le "billet touristique".

Nous nous rendons ensuite à "Las Salinas" en 30 minutes de piste. Nous débouchons sur le site par l'amont, la vue plongeante sur le site est impressionnante et même surprenante. Ce lieu est d'ailleurs l'un des plus spectaculaires de la région de Cuzco. Des milliers de puits salants servent ici depuis l'époque Inca à l'extraction du sel. Ces salines sont implantées dans un cadre magnifique face aux glaciers de la Cordillère des Andes. Ces quelques 4 000 bassins de sel cristallisé d'une blancheur étincelante ont été taillés sur le flanc d'une quebrada où s'écoule un "rio" salé. Les plus anciens datent d'avant même l'époque Inca. Ce site étant privé, l'entrée s'élève à 7 soles par personne.

Retour sur Cuzco en 1 h 30, repas bien mérité vers 15 h 30 puis repos avant deux jours intenses pour le fameux Machu Picchu et Ollantaytambo. Une certaine fatigue se fait sentir en cette fin de journée, sûrement à cause des pistes carrossables qui secouent et remuent beaucoup de poussière. Le soleil est également violent à cette altitude.

Écrire commentaire

Commentaires : 0